À Caen, ils frappent aux portes pour aider les étudiants

[ad_1]

« On ne peut pas se tuer, on ne peut pas crier … mais on est là et on subit. » Sur le pallier de sa porte violette, au sixième étage de la résidence Côte de Nacre, Kodjo ne s’attendait pas à voir de nouvelles têtes. Il a 25 ans et il a quitté le Togo il y a trois ans pour faire ses études en France. Mais avec la crise sanitaire, ça va faire un an et demi qu’il n’a pas vu sa famille.

En quelques minutes, le jeune homme se confie aux deux bénévoles venues frapper à sa porte. « Je suis en stage mais en télétravail … C’est énervant de…

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *