Abdoulaye, premier ouvrier mort sur le chantier du Grand Paris Express, est parti «en guerrier»

[ad_1]

Ce matin-là, il s’était levé comme tous les jours à 4h30, pour prendre le premier train depuis son domicile d’Achères (Yvelines), traverser l’Ile-de-France et arriver au Bourget (Seine-Saint-Denis). C’est là, dans cette banlieue nord de Paris, coincée entre des autoroutes, des entrepôts, des voies de chemin de fer et quelques pavillons, qu’Abdoulaye Konaté travaille depuis maintenant deux ans. Dans une immense zone peuplée de grues, de foreuses, de béton et de métal, au milieu des préfabriqués, sur le « chantier du siècle », dédié à la construction du Grand Paris…

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *