A Bordeaux, une enquête pour «mettre noir sur blanc» la précarité étudiante – Libération

«Un sentiment de solitude. Plus grand-chose à quoi me raccrocher», «chez moi impossible de m’isoler pour travailler», «je me suis sentie démoralisée et défavorisée par rapport à d’autres étudiants», «une très grande pression morale et une charge de travail plus importante qu’en présentiel», «je suis contrainte de faire un choix entre mes études et ma santé»… Sur près de 90 pages, les témoignages d’étudiants qui racontent leurs «difficultés» ou leur «détresse» à l’université de Bordeaux-Montaigne s’accumulent par centaines. Vertigineux. La…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *