« Bien vivre dans mon quartier » soutient les seniors isolés

«Je tournais en rond comme un lion dans sa cage. Ici, il y a une ambiance phénoménale et Lucette a toujours le mot pour rire. » Rudolf Diratzouyan, parisien repenti qui habite Ginko depuis trois ans, « avait un mal fou à créer du contact avec ses voisins ». « J’aurai 78 ans en mai, pour l’instant j’ai 77 ans », répond celui qui est un peu comme « Charlie et ses drôles de dames ». Là, c’est Christelle Braumaud, l’éducatrice, qui le dit.

Dans un monde sans Covid, les deux se retrouvaient une fois par semaine, à Chanteclerc, non loin du Jardin…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *