CHRONIQUE. Les phares et les balises de la nouvelle année

2020 s’est achevée par un naufrage. Pouvait-il en être autrement ? L’image du navire des Phares et Balises drossé sur le quai des Torpilleurs à Ajaccio illustre bien ce que fut en effet cette année, faite de vagues scélérates et de tellement de submersions, symbole d’une réelle impuissance aussi, lui dont le service est précisément d’assurer la navigation jusque dans les mers déchaînées, mais qu’une tempête hivernale a suffi à emporter.

Elle s’appelait Bella, et n’avait ni la force dévastatrice d’Adrian ni l’intensité furieuse de Fabien….

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *