Plus de temps à perdre

« Si, j’avais dû payer pour assister à cette rencontre, je crois que je n’aurais pas aimé », expliquera l’entraîneur corse, Olilivier Pantaloni au terme de ce triste Rodez-Ajaccio. D’ailleurs, tout était réuni pour faire de cette rencontre 90 minutes d’ennui. Un stade vide en raison du huis clos, le vent, la pluie, une ville de Rodez toute proche plongée dans le confinement, le silence et le jeu sans âme de 22 footballeurs craintifs qui s’achève sur une défaite aveyronnaise faîte…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *