Dans la tête de l’incendiaire de la cathédrale de Nantes

[ad_1]

La tête dans les mains, il se balance doucement sur son lit. Incarcéré à la maison d’arrêt de Nantes, Emmanuel Abayisenga reste mutique, le regard vide, comme égaré, face à ses rares visiteurs. Quelques semaines plus tôt, ce Rwandais de 40 ans a incendié la cathédrale de Nantes, suscitant une onde de colère, d’indignation et d’incompréhension. Un geste destructeur, qui, pour ce débouté du droit d’asile est venu clore un parcours de huit années en France, marquées par les désillusions.

→ REPORTAGE. Cathédrale de Nantes : une émotion qui ne…

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *