Dijon-Reims, la bataille de « l’ONU du vin »

[ad_1]

Au téléphone, François Rebsamen prend une voix volontairement mystérieuse : « Je vous raconterai toute l’histoire quand ce sera annoncé. » Rendez-vous pris le lendemain avec le maire de Dijon, à la condition que la décision soit officialisée. Finalement, rien ne vient. Une semaine, huit jours passent. « Rien n’est joué », veut croire Arnaud Robinet, maire de Reims, son principal adversaire, qui a envoyé un message à son homologue, à moitié pour le féliciter, à moitié pour prendre la température. « Je ne suis pas du tout au courant », a répondu…

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *