Le fabricant français de vaccins Valneva et l’UE ne parviennent pas à conclure un accord d’approvisionnement

[ad_1]

BRUXELLES / PARIS (Reuters) – Le fabricant français de vaccins Valneva n’a pas rempli les conditions pour conclure les négociations sur un accord avec l’Union européenne pour fournir au bloc son candidat vaccin COVID-19, a déclaré jeudi un porte-parole de la Commission européenne.

La biotechnologie française, qui a déjà conclu un accord d’approvisionnement avec la Grande-Bretagne et fabrique des doses en Écosse, a déclaré mercredi qu’elle était passée à des pourparlers bilatéraux avec les gouvernements après l’échec des négociations pour un accord avec l’UE dans son ensemble.

«Lorsque les entreprises souhaitent que leurs vaccins soient intégrés dans notre portefeuille de vaccins, un certain ensemble de conditions doit être respecté», a déclaré le porte-parole de la Commission lors d’une conférence de presse.

Le gouvernement français a été critiqué chez lui pour ne pas avoir obtenu de doses auprès d’une entreprise nationale, après que d’autres grands noms français tels que Sanofi ou l’Institut Pasteur se soient heurtés à leurs propres difficultés pour produire un vaccin COVID.

Une source au sein du gouvernement français a déclaré que la France pourrait envisager de conclure un accord bilatéral avec Valneva pour des fournitures au-delà de 2021, mais seulement si elle devient certaine que l’UE ne signera pas son propre accord.

«Ce n’est pas la fin de l’histoire», a déclaré la source gouvernementale française à Reuters, sous couvert d’anonymat. Mais il a ajouté que de nombreux pays de l’UE craignaient que Valneva ne favorise la Grande-Bretagne par rapport à l’UE, comme ils soupçonnent AstraZeneca de le faire.

«La peur d’un scénario AstraZeneca laisse de nombreux États membres indifférents», a déclaré la source. « Cependant, les négociations avec l’UE ne sont pas terminées. »

Parmi les conditions citées par l’UE pour ne pas parvenir à un accord plus tôt jeudi, il y avait «une protection solide dans les domaines de la sécurité de la responsabilité civile, de l’efficacité du vaccin ainsi que des règles et des dispositions solides pour la livraison des vaccins.»

« Après un an de négociations, l’entreprise n’a pas, à ce stade, réussi à remplir ces conditions, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles nous ne sommes pas encore parvenus à un accord », a déclaré le porte-parole de la Commission.

L’UE a conclu des discussions exploratoires avec l’entreprise française en janvier pour la fourniture de jusqu’à 60 millions de doses de son vaccin candidat, dont 30 millions devaient être une option.

(Reportage de Francesco Guarascio @fraguarascio et Jan Strupczewski à Bruxelles et Michel Rose à Paris; Édité par Kevin Liffey, William Maclean)

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *