L’Écossais Hogg «  piraté  » lors de la conférence sur le titre de la France

[ad_1]

Le capitaine écossais Stuart Hogg a déclaré qu’il avait été ennuyé par la France qui parlait de ses espoirs de titre avant le décideur des Six Nations à Paris. Les Bleus remporteront leur premier trophée depuis 2010 s’ils gagnent plus de 20 points – pour améliorer la différence de points du Pays de Galles – et marquent au moins quatre essais.
Les hommes de Hogg, cependant, finiront deuxième pour la première fois de l’ère des Six Nations s’ils revendiquent une victoire avec une marge de huit points dans un match reprogrammé à partir de février en raison d’une épidémie de Covid-19 dans le camp à domicile.
« Beaucoup de choses ont été dites et ça commence à me faire oublier le fait qu’ils doivent obtenir 20 points pour gagner un match », a déclaré Hogg, 28 ans. «Nous avons lu une citation de l’un de leurs joueurs selon laquelle ils ont un trophée à gagner. En tant que fier Écossais, cela m’a beaucoup blessé », a-t-il ajouté.
Les visiteurs seront privés du n ° 8 Matt Fagerson après son retrait à la veille du match en raison d’une blessure à la cheville subie à l’entraînement. Nick Haining remplace Fagerson dans la formation de départ avec Ryan Wilson prêt à remporter sa 50e sélection sur le banc.
«Nous sommes vidés pour Matt. Il a été exceptionnel tout au long des Six Nations pour nous », a déclaré l’arrière latéral Hogg. «Avec cela vient une opportunité pour d’autres gars. Nick Haining a vraiment bien saisi ses opportunités quand on lui en a donné. Il est en bonne forme », a-t-il ajouté.
L’homologue de Hogg, Charles Ollivon, a déclaré que leurs plans étaient restés inchangés malgré l’omission tardive de Fagerson. «Nous nous concentrerons d’abord sur nous-mêmes», a déclaré Ollivon. « Nous avons un gros match à préparer, c’est la chose principale à dire », a-t-il ajouté.
L’installation française a enregistré 16 cas de coronavirus plus tôt dans la campagne. Avant leur victoire d’ouverture du tournoi contre l’Italie en février, des joueurs ont été photographiés en train de manger des gaufres à Rome et ont été perçus comme ayant enfreint le protocole viral des Six Nations.
Hier, la Fédération Française de Rugby a publié une image du dessert près de la Tour Eiffel sur les réseaux sociaux pour célébrer avec effronterie la Journée Internationale de la Gaufre. «Je l’ai vu rapidement. Cela ne m’a pas intrigué », a déclaré le chef d’équipe Raphael Ibanez.
«Nous nous préparons normalement pour le match. Nous sommes très concentrés sur le match contre l’Ecosse. C’est ce qui compte », a-t-il ajouté.
Hogg des Exeter Chiefs est en mesure de figurer grâce à un accord entre les clubs anglais et la Scottish Rugby Union alors que le match tombe hors de la fenêtre de test de World Rugby. Cependant, le côté extérieur manquera à l’ailier des Saracens Sean Maitland, car ils étaient limités à cinq joueurs basés en Angleterre.
«Je pouvais voir à quel point cela signifiait pour Sean Maitland qu’il n’allait pas être inclus», a déclaré Hogg. «Et le reste des autres garçons (incapables de jouer). Des garçons qui ont eu un impact énorme à l’entraînement et dans les matchs au cours des dernières semaines. Nous sortons demain pour offrir une performance dont ils seraient fiers, dans lesquels ils ont déployé d’énormes efforts.
Le Centre Gael Fickou est le membre le plus expérimenté de l’équipe de Fabien Galthie avec 62 tests depuis ses débuts en 2013. Au cours de sa carrière internationale, il a connu de lourdes défaites face à l’Angleterre, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud, mais les fortunes de la France ont changé depuis la nomination de Galthie l’année dernière.
«J’ai mangé du pain rassis avec l’ancienne génération, donc je sais que ce sera énorme pour nos partisans et nos familles parce que cela fait si longtemps qu’ils l’attendent», a déclaré Fickou.
«Mais nous ne pouvons pas nous mêler, nous devons nous concentrer sur la victoire, puis au fil du temps, si nous pouvons remporter le titre, nous y allons sans hésitation. Nous donnerons 200% pour essayer de ramener le trophée à la maison », a-t-il ajouté.
La relation de l’entraîneur-chef écossais Gregor Townsend avec Galthie remonte à l’époque de l’ancien meneur de jeu avec Castres dans l’élite française. Ils ont joué ensemble dans le dernier match de l’ancien demi de mêlée, alors que les Barbares français ont perdu contre l’Australie en 2004.
«C’était génial de jouer à ses côtés parce que c’était un joueur très, très talentueux et qu’il jouait en heads-up, il ressemblait à un demi de mêlée et il avait une grande intelligence, mais c’était sa compétitivité qui le distinguait». Dit Townsend. «Ce sont de bons traits pour l’entraînement et il a fait un très bon travail au cours des deux dernières années», a ajouté Townsend.

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *