Les clubs de sport de la Métropole d’Orléans veulent garder leurs licenciés, oui, mais comment ?

[ad_1]

Chacun fait comme il peut. On en est là, aujourd’hui, dans les associations sportives que la crise sanitaire a frappées de plein fouet. Comment garder ses licenciés qui ont payé mais n’ont pas beaucoup pratiqué cette année écoulée ? Quid de la saison prochaine ?  « Les gros clubs comme la SMO (gymnastique), l’USO judo ou l’OLB (basket-ball) n’ont pas subi de pertes de licenciés », détaille Thomas Renault, adjoint aux sports à la Ville d’Orléans. « Je n’ai pas d’inquiétude par rapport à cela. Mais, pour les plus petites associations,…

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *