deux policiers jugés pour des violences sur un manifestant

Arthur N., 23 ans à l’époque, estime aujourd’hui que les coups qu’il a reçus auraient été passés sous silence s’ils n’avaient pas été médiatisés. D’autant qu’à sa sortie de l’hôpital au soir de la manifestation, il n’avait pas réussi à porter plainte au commissariat, ni auprès de la gendarmerie. Un témoin avait alors contacté la presse.

« Il était apparu, par voie de presse, qu’un jeune homme prénommé Arthur aurait reçu un coup de matraque de la part d’un policier sur la place Bellecour. Ce coup lui aurait…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *