Paris, Bordeaux, Lyon… Frappés par le Covid-19, les centres-villes des métropoles dépérissent

ENQUÊTE – Avec la crise sanitaire, les quartiers les plus vivants de l’Hexagone se sont vidés. Cette désaffection risque de durer. Les édiles s’inquiètent.

La plus belle avenue du monde s’est muée en une triste vitrine de la crise. Depuis mars, la vie a ralenti sur les Champs-Élysées: touristes fortunés, hommes d’affaires et badauds ne se pressent plus sur ses larges trottoirs. Les terrasses sont fermées, les «flagships», ces magasins qui sont la vitrine internationale d’enseignes de mode, n’ont qu’une activité résiduelle. Ils côtoient des locaux commerciaux…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *