A Marseille, plus de deux ans après le drame de la rue d’Aubagne, lutte sans merci contre l’habitat indigne

Des Marseillais manifestent en hommage aux victimes de l’effondrement d’un immeuble rue d’Aubagne qui a fait 8 morts. Marseille, le 9 novembre 2019.

Sur la porte du bureau au rez-de-chaussée de l’Evêché, l’hôtel de police marseillais, une étiquette précise le nom du service : « Economie souterraine ». Sur son écran d’ordinateur, Delphine Lyon, brigadière de police, ouvre quelques fichiers : des appartements lépreux aux plafonds soutenus par des étais, des planchers éventrés d’où…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *