Comment Marseille attire une nouvelle jeunesse créative et fauchée

[ad_1]

ANNA WANDA GOGUSEY

En dehors des périodes de confinement, une même scène se rejoue régulièrement dans les rues des quartiers de La Plaine, de Belsunce ou des Réformés. Bière à 1 euro en main, une foule de jeunes gens s’agglutine sur les trottoirs, débordant du local d’une petite galerie d’art. Fraîchement diplômés d’une école supérieure d’art ou d’une filière culturelle, la plupart d’entre eux habitent à Marseille depuis à peine quelques années, voire quelques mois, et s’intègrent petit à petit…

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *