la Ville rêve d’un « destin commun » avec le Port

On a longtemps entendu pester Jean-Claude Gaudin contre « le Port qui n’a d’autonome que le nom ». Manière pour l’ancien maire de caricaturer les relations tendues et minimalistes entre la Ville et son Grand Port maritime de Marseille (GPMM), majoritairement géré par l’État.

Pourtant, après des décennies de défiance, une charte Ville-Port a été signée en juin 2013. Un document de 40 pages, porteur d’une vision commune entre les huit signataires : l’État, le GPMM, Euromed, la Ville, la Métropole, le Département, la Région et la chambre de commerce et…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *