Marseille. Pour que la mort d’Ibrahim Ali, tué par un militant du Front National ne soit pas un détail

[ad_1]

Par Philippe Rifflet
Publié le 10 Fév 21 à 19:49 

La famille du jeune Comorien tué d’une balle dans le dos par un colleur d’affiches du Front National attendait çà depuis 26 ans. (©DR)

L’avenue des Aygalades dans le 15e arrondissement de Marseille est désormais baptisée Avenue Ibrahim Ali. Depuis 26 ans, la famille de ce jeune comorien de 17 ans, tué d’une balle dans le dos par un colleur d’affiches du Front National, se battait pour que la mémoire d’Ibrahim soit préservée. Un gamin tué par l’intolérance…

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *