« une dérive à la mexicaine »

[ad_1]

Assis dans une Twingo stationnée dans une cité marseillaise mi-mars, les deux passagers évoquent la manière dont ils ont découpé le corps d’un homme dans un box de parking, au tout début du mois de janvier. Ignorant que le véhicule a été sonorisé par la police judiciaire, l’un avoue que ça ne l’a pas traumatisé : « Je suis choqué de moi frérot, ça m’a rien fait, genre je rigolais et tout. Un humain normal, il ne rigole pas. » Ils s’amusent même à imaginer qu’ils pourraient ne pas s’empêcher d’en rire devant la cour d’assises. Dans une autre…

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *