Confinement : oiseau de bon augure

Muriel Grimonpon, dans son appartement, au lendemain de la fermeture du Piaf. Son chien monte la garde. Ainsi que Marianne. Photo La Semaine

Ils et elles sont patrons de bar, entraîneurs de sport, libraires, artistes… Point commun : leur métier est une passion, que la mise en place du reconfinement leur empêche d’assouvir. Rencontre avec ces amoureux contrariés.

Depuis six ans à la barre du Piaf, à Metz, Muriel Grimonpon a campé sa vie derrière les comptoirs, défendant leur charme et leurs nécessités. Depuis toujours raide dingue de son métier, appris à…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *