À Nantes, la foi au service des autres

Regard bleu derrière ses lunettes rondes, masque en tissu africain sur le nez, Anne pourrait parler des heures de son quartier. Cette habitante du Clos Toreau, ensemble d’immeubles d’habitat social situé au sud de Nantes, a grandi ici avec sa mère, employée dans les assurances, et passé son temps libre à la campagne, dans la ferme de ses grands-parents. Une enfance mi-citadine mi-rurale, marquée par la fréquentation des clubs de l’Action catholique des enfants (ACE). « Je me souviens encore de mes premières prises de parole au micro, quand j’avais cinq ou…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *