A Nantes, l’école de la deuxième chance face à un afflux de demandes d’inscription

L’expérience professionnelle, c’est la moelle épinière de l’école de la seconde chance. Les 150 élèves nantais doivent effectuer cinq stages en sept mois. Mais le coronavirus leur donne, à eux aussi, du fil à retordre. Mehdi, par exemple, veut devenir chef cuisinier. « C’est un rêve que j’aimerais réaliser. Mais avec le covid 19 ce n’est pas facile. Du coup, on a trouvé une solution. Je vais faire un stage dans la restauration collective en entreprise. » 

Batailler auprès des entreprises

Il n’est pas le seul à devoir s’adapter. « Il faut…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *