une manif inter-lycées ce lundi à Nantes pour des épreuves en contrôle continu et un avenir serein

[ad_1]

Anouk est en première au Lycée Guist’hau de Nantes. Sa voix en dit long sur la lassitude et le désarroi après deux années scolaires en pointillé. Depuis une semaine, chaque matin, elle bloque l’entrée de son établissement. Passer le bac français avec le choix entre deux textes plutôt qu’un seul imposé, comme l’a suggéré le ministre de l’Education nationale, ne suffit pas à apaiser la colère et le stress généré par cette crise sanitaire qui n’en finit pas. 

« Pour moi ce n’est plus nécessaire de passer un bac français tellement il y eu de modifications. Pouvoir…

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *