Photo. A Orléans, une étudiante saisit le désarroi des jeunes

Elle a baptisé son travail « Les étudiants en disent tant », comme un pied de nez aux (mauvais) temps qui courent. À 22 ans, Alexiane Carré est étudiante en master 1 des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (Meef) à l’université d’Orléans. Plus tard, elle veut être prof de français. Comme pour beaucoup d’étudiants, le Covid a fait basculer sa vie. Celle qui rêve de transmission, d’échanges avec « un métier qui fait sens » le constate tant du côté des étudiants que des enseignants : « sans présentiel, c’est…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *