« Pari djanabahr, cela veut dire bon voyage », de Marseille à Istanbul sur les traces d’un exil

[ad_1]

Places 51 et 52, voiture 18, la dernière de la rame Paris-Marseille. Sur le quai de la gare de Lyon, ce mardi 4 mai à Paris, nous peinons avant même d’avoir donné un premier coup de pédale, chacun l’épaule lestée de 30 kg de bagages.

Marseille-Istanbul, c’est parti pour 2000 kms a vélo, 1000 kms en bateau, 20 étapes, 9 papiers, et 5 vidéos @LaCroixpic.twitter.com/FY6HfqrEvx

— Marc Garmirian (@Garmuche) May 4, 2021

Le plus lourd de la charge est représenté par deux bicyclettes, réduites à leur plus simple expression et enveloppées dans des sacs. Leurs…

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *