Paris au chevet de l’armée libanaise, minée par la crise économique

[ad_1]

La ministre des armées, Florence Parly, à Paris, le 5 mai 2021. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Au mois de mars, le général Joseph Aoun, chef de l’armée libanaise, avait rompu avec son devoir de réserve et interpellé les dirigeants du pays du Cèdre en des termes inhabituellement abrupts. « Où allons-nous ? Qu’attendez-vous ? Que comptez-vous faire ? », avait déclaré le haut gradé. Une référence à la tornade économique balayant le Liban et à l’apathie de la classe politique, incapable de s’accorder sur…

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *