A Paris, c’est plus le squat qu’on préfère – Libération

Au Théâtre de Verre, ancien lycée hôtelier du XIXe arrondissement de Paris, transformé en un dédale de salles de spectacle et de répétitions (pour professionnels comme pour amateurs, sans distinction), les mines sont déconfites. Anne-Dominique Boulle, l’une des sept salariés du lieu culturel, nous montre la terrasse vide où se déroulait chaque mois le bal populaire. Plus aucun danseur ne foulera du pied cette cour bétonnée. Non pas tant à cause de la crise sanitaire, mais bien parce que le 4 mai, l’équipe est priée de rendre les clés du théâtre à la municipalité…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *