A Paris, une cellule de suivi pour garder le lien avec les «survivants» du suicide

Garder le contact, leur faire savoir qu’ils et elles sont importants. Les maintenir à flot, en vie surtout, pour contrer cette vilaine statistique du risque accru de récidive après une première tentative de suicide : 40 % des personnes ayant cherché une première fois de mettre fin à leurs jours, risquent de recommencer. Et dans 75 % des cas, cette récidive intervient dans les 6 mois.

C’est à ce laps fragile que s’attelle la nouvelle cellule de « recontact » et de suivi VigilanS Paris, mise en place au sein du GHU Paris psychiatrie & neurosciences (XIVe, ex Sainte-Anne). Un…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *