L’opposant kazakh Abliazov dénonce la duplicité de Paris avec le régime du Kazakhstan

[ad_1]

Moukhtar Abliazov près du Louvre, en novembre 2018. COLLECTION PARTICULIÈRE

Il prétend ne pas pouvoir payer la caution de 500 000 euros pour rester en liberté. Aussi craint-il une incarcération ces prochains jours. « Je n’ai plus rien, le régime m’a tout pris », dit d’emblée Moukhtar Abliazov, 58 ans, principal opposant kazakh, réfugié politique en France depuis qu’elle lui a accordé l’asile. L’homme a reçu Le Monde vendredi 30 avril dans un appartement anonyme au centre de Paris, où il vit cloîtré…

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *