«Souffler, me poser…» : à Paris, la longue descente aux enfers de Véronique, sans abri

Son sac à main posé sur la table à côté du gobelet de café, Véronique, yeux bleus, pull noir, a l’air de sortir du bureau. Et pourtant, depuis quatre mois et demi, cette femme originaire de l’est de la France, vit à la rue. Avec son sac à main — « en similicuir », précise-t-elle — comme ultime vestige « de l’époque où je travaillais ». Epoque pas si lointaine : jusqu’en 2017, cette quinquagénaire, mère d’une étudiante, était agent administratif dans une collectivité locale de la proche banlieue parisienne.

Une reconversion manquée dans le privé — « J’avais…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *