En France, un labyrinthe sans cesse grandissant de verrouillages de Covid

PARIS – Trois verrouillages français, et plus, au cours des 13 derniers mois ont été beaucoup de choses, parmi lesquelles une rare opportunité pour la formidable bureaucratie nationale d’environ 5,6 millions de fonctionnaires de montrer leur don pour la complication des vies.

Avec l’annonce du troisième lock-out parisien le mois dernier pour tenter de contrôler la propagation du coronavirus, une apothéose de l’absurde a été atteinte.

Une version dense de deux pages de la fameuse «attestation», un formulaire gouvernemental à remplir chaque fois que l’on quitte la maison, était si compliquée qu’elle a noué verbalement la porte-parole du ministre de l’Intérieur pour tenter de l’expliquer. Le document s’était métastasé à chaque verrouillage en un monstre de plus en plus disgracieux.

Laquelle des 15 cases à cocher? Que vous aviez prévu de marcher un kilomètre avec votre chien, le maximum autorisé, ou jusqu’à 10 kilomètres avec vos enfants? Auriez-vous droit à 11 kilomètres si vous emmeniez les enfants et l’animal? Et si Fido voulait marcher 10 kilomètres et la petite Mathilde aucun?

Comment se faire une idée des coiffeurs, des vendeurs de cigarettes électroniques, des magasins de jeux vidéo et des chocolatiers considérés comme des magasins incontournables, et ainsi autorisés à ouvrir, mais les magasins de chaussures, les salons de beauté, les boutiques de vêtements et les grands magasins étant contraints de fermer?

La connaissance des processus de pensée labyrinthiques du fonctionnaire français était clairement nécessaire. La France, comme l’a fait remarquer un ancien Premier ministre, Georges Clemenceau, «est un pays extrêmement fertile: vous plantez des fonctionnaires et les impôts augmentent».

«Le document est complexe», a concédé Camille Chaize, porte-parole du ministère de l’Intérieur. Mais elle a laissé entendre que les distances autorisées pour chaque activité étaient explicites. Un kilomètre, par exemple – un peu plus d’un demi-mile – était clairement le rayon d’un chien pour uriner, a-t-elle soutenu.

Pourtant, il semble loin d’être explicite que pour les achats de «première nécessité», le document autorise 30 kilomètres (19 miles) et même plus pour les achats «professionnels».

Avant que je puisse exploiter une telle latitude inattendue – une fois que j’ai compris ce qui comptait comme «première nécessité» – le gouvernement a nixé le document, qui s’est effondré en 24 heures sous le poids de son absurdité après avoir été dénoncé comme un «quiz à choix multiples» par Valérie Boyer, un sénateur pour les républicains de centre-droit.

Au lieu d’avoir à répondre à un tas de questions, une simple preuve de résidence suffit désormais pour se rendre n’importe où dans un rayon de 10 kilomètres de chez soi pendant une durée illimitée. Mais pas, bien sûr, après le couvre-feu de 11 heures, qui était légèrement assoupli pour commencer à 19 heures au lieu de 18 heures.

Il y a une élection présidentielle dans un an en France, donc une restriction (lock-out n ° 3) a dû être compensée par une concession aux électeurs (une heure supplémentaire avant le couvre-feu pour un apéritif).

Mise à jour

26 avril 2021 à 10 h 26 HE

Les Français en ont marre, et le président Emmanuel Macron doit trouver un équilibre délicat entre lutter contre le virus et ne pas pousser un public déjà exaspéré à la révolte pure et simple avec de nouvelles restrictions de mouvement.

Les verrouillages ont coupé le tissu social de la vie, dont le lien est la table, où les grognements et les rires (y compris à propos de la bureaucratie) passent à la vitesse supérieure.

Malgré l’ambition réformatrice des présidents successifs – Jacques Chirac parlait de «l’obésité de l’Etat» en 1986 – le nombre de fonctionnaires a augmenté de plus d’un million ces 30 dernières années et représente aujourd’hui 22% de l’ensemble des effectifs. Ils sont résilients.

Ils apportent également un soutien inimaginable aux États-Unis. Depuis mon arrivée ici il y a quatre mois, j’ai eu un grave accident de vélo qui a entraîné deux hospitalisations, une scintigraphie cérébrale complète et d’autres tests. Pour tout cela, j’ai été facturé environ 250 $. La santé universelle française fonctionne, tout comme l’État-providence. Il existe des tentes pop-up test Covid gratuites dans tout Paris. Les verrouillages étroitement organisés ont empêché la pandémie de s’aggraver.

Pourtant, on peut avoir trop de bonnes choses.

J’ai récemment loué un appartement et j’avais besoin de le meubler. Du coup, je me suis retrouvé à Castorama, sorte de magasin de bricolage avec quelques fioritures gauloises, qui n’était ouvert que parce que sa superficie ne dépassait pas la limite de 10000 mètres carrés (un peu plus de 100000 pieds carrés) fixée par le gouvernement pour ces magasins.

En vérité, le magasin était seulement en quelque sorte ouvert. Un ruban rouge et blanc, comme attaché autour d’une scène de crime, entourait certaines sections, y compris celle pour les lampes, les appliques et autres appliques murales.

C’est ainsi que j’ai appris plus sur les éléments essentiels par rapport aux éléments non essentiels sous le verrouillage. Je pourrais acheter des appareils à raclette chauffants électriques dans une douzaine de modèles différents. Je pourrais acheter des grille-pain à gogo, des casseroles de toutes formes, n’importe quelle forme d’équipement stéréo pour la maison – mais pas une lampe de bureau.

Chez Boulanger, un magasin d’électronique, des fabricants de smoothie et des aspirateurs étaient disponibles à la vente, mais pas de réfrigérateurs, de cuisinières ou d’autres gros appareils électroménagers encordés.

Comment cela s’est comporté avec le contrôle du coronavirus – plus de 100000 personnes en France en sont décédées et plus de cinq millions ont été infectées – n’était pas immédiatement clair.

La pure complexité de l’obstination bureaucratique me submergea. Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si une fraction des nombreuses heures consacrées à l’élaboration de ces règlements aurait pu être mieux utilisée pour accélérer les vaccins à plus de gens. La France n’a pas encore réussi à faire vacciner sa population.

Les cordonniers du pays sont ouverts, même si vous ne pouvez pas acheter de nouvelles chaussures. Ses fleuristes sont ouverts, mais pas les magasins d’ustensiles de cuisine. Ses magasins de produits surgelés sont ouverts, mais pas les boutiques de cadeaux. Les librairies sont ouvertes maintenant, bien qu’elles aient été fermées lors du premier verrouillage. Tous les restaurants, bars et cafés sont fermés. M. Macron a suggéré que certains assouplissements des restrictions commenceraient le 3 mai – peut-être.

Un signe que j’ai récemment passé dans un salon de beauté fermé disait: «Contrairement aux« coiffeurs », il semble que nous ne soyons pas essentiels au bien-être. Injustice! »

Quant aux magasins de lingerie et de sous-vêtements, jugés non essentiels et donc fermés, ils se sont lancés dans une manifestation nationale consistant à envoyer quotidiennement des culottes en dentelle au Premier ministre Jean Castex de toute la France.

Je sais qu’il doit y avoir une logique entre ce qui est ouvert et ce qui est fermé. La France, après tout, a encore un commissaire général à la planification, comme si l’Union soviétique n’avait jamais disparu. Le pays procède avec un objectif méthodique basé sur l’analyse et les prévisions de fonctionnaires hautement qualifiés, formés dans des écoles d’élite.

Pourtant, une question accablante m’empare de tout mon être: pourquoi ces règles apparemment arbitraires?

J’ai demandé à une vendeuse Castorama de m’expliquer pourquoi, par exemple, les lampes que je convoitais étaient interdites alors que je pouvais acheter une crêpière.

«Je ne sais pas vraiment», dit-elle. « Mais, bien sûr, vous pouvez toujours utiliser une bougie. »

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *