Un immigrant de France échoue au test de français du Québec pour les nouveaux arrivants

Fil d’Ariane Liens Actualités locales

«Si j’ai échoué, quand je suis français, je peux comprendre comment quelqu’un qui est mexicain, qui ne parle pas français, pourrait échouer», a déclaré le chauffeur de camion Yohan Flaman.

Auteur de l’article:

Marian Scott • Gazette de Montréal

Date de publication:

04 avril 2021 • il y a 2 heures • 2 minutes de lecture • 6 commentaires Yohan Flaman, 39 ans, un chauffeur de camion de Limoges, en France, qui est arrivé au Québec en 2018, ne s’attendait jamais à échouer au test de compétence en français exigé des nouveaux immigrants. Photo par Yohan Flaman Contenu de l’article

Si quelqu’un de France peut échouer au test de français du Québec pour les immigrants, dans quelle mesure est-il difficile pour un non-francophone de réussir?

Yohan Flaman, 39 ans, un chauffeur de camion de Limoges, en France, qui est venu au Québec en 2018 dans le cadre du programme Expérience québécoise, n’était pas trop nerveux à l’idée de passer le test de français du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration.

Après tout, il n’avait parlé que le français toute sa vie – mis à part quelques notions d’anglais apprises à l’école et sur des emplois de camionnage long-courrier aux États-Unis.

Mais à sa grande surprise, lorsqu’il a passé le test il y a plus d’un an, il a échoué.

«Si j’échouais, quand je suis français, je peux comprendre comment quelqu’un qui est mexicain, qui ne parle pas français, pourrait échouer», a-t-il déclaré dans une interview dimanche.

Flaman a fait remarquer qu’à son arrivée au Québec, il avait réussi le test de son permis de conduire professionnel du Québec entièrement en français.

«Je pense que c’est ridicule», a-t-il déclaré.

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Le programme Expérience québécoise accélère la résidence permanente des étudiants et des travailleurs étrangers déjà établis dans la province. Le gouvernement de la Coalition Avenir Québec a remanié le programme l’an dernier après une controverse généralisée sur une première tentative ratée de réforme en 2019.

Flaman a déclaré qu’il n’était pas en désaccord sur le principe d’exiger des immigrants qu’ils prouvent qu’ils parlent français. Cependant, il estime que le test ne devrait pas être si difficile qu’un francophone de langue maternelle ait du mal à réussir.

Ce qui l’a fait trébucher était la partie de compréhension orale, qui consistait à analyser une conversation enregistrée sous différents points de vue, y compris son contenu politique.

«Nous sommes tous humains. Nous avons différents niveaux de concentration », a-t-il déclaré. «Tout le monde peut faire une erreur.»

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Il estime également que les délais d’obtention de la résidence permanente sont inacceptables.

En juillet, il a repris le test de français et a réussi, mais il attend toujours son certificat de sélection.

Attiré au Québec par ses grands espaces et ses nombreuses opportunités de travail, Flaman est heureux de s’installer en Beauce avec son épouse québécoise. «Si j’avais voulu vivre dans une grande ville comme Montréal, je serais resté en France», a-t-il déclaré.

En 2019, la province a refusé un certificat de sélection du Québec à une étudiante au doctorat de France après que des bureaucrates ont jugé que son niveau de français n’était pas adéquat parce que l’un des chapitres de sa thèse était en anglais. La décision a été annulée après une large couverture médiatique.

mscott@postmedia.com

Partagez cet article dans votre publicité sur les réseaux sociaux

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Actualités de la Gazette de Montréal

En cliquant sur le bouton d’inscription, vous acceptez de recevoir le bulletin d’information ci-dessus de Postmedia Network Inc. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement au bas de nos courriels. Réseau Postmedia Inc. | 365, rue Bloor Est, Toronto, Ontario, M4W 3L4 | 416-383-2300 Merci de vous être inscrit!

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et à encourager tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour la modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suivez les commentaires. Consultez notre règlement de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la manière d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *