à Reims, l’urgence climatique à la barre du tribunal

Mis en ligne le 16/02/2021 à 19:44

| mis à jour le 17/02/2021 à 13:21

Par Mathieu Livoreil

Quatre militants accusés d’avoir décroché le portrait d’Emmanuel Macron de la mairie de Taissy au nom de la lutte contre le réchauffement climatique comparaissaient, mardi 16 février, devant le tribunal correctionnel.

Ils s’appellent Pierre, Ludivine, Gaël et Julie. Ils sont éducateur spécialisé, enseignante ou encore frigoriste. Aucun n’a d’antécédent judiciaire. Militants au sein du mouvement Action non-violente COP 21, ils ont dérobé, le 6 mars…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *