un professeur de droit analyse les dialogues de Michel Audiard, « Il a une vision très sombre des institutions »

Pas besoin d’être juriste ou d’avoir vu les films de Michel Audiard pour lire le dernier ouvrage de Fabrice Defferrard. Quel que soit votre âge, vous avez certainement entendu au moins une de ses nombreuses répliques « Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît », « la Justice, c’est comme la Sainte Vierge, si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe » ou encore « Deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche ».

Provocateur, ricaneur comme il aimait se définir, le dialoguiste dévorait les polars. Sa…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *