Entre enfance malheureuse et mutisme émotionnel, la solitude d’un pédophile jugé à Rouen

Si la lecture des faits qui valent à Michel P. de comparaître depuis jeudi 5 novembre devant la cour criminelle départementale, donne la nausée, l’entendre parler de sa vie donne un sentiment de gâchis.

Lui et ses 9 frères et sœurs ont grandi à Cleuville, dans la précarité selon l’enquêtrice sociale. Entre une mère chaleureuse qui travaillait à la maison tout le temps, sans se plaindre, « un fantôme », et un père absent « tellement strict qu’on ne pouvait pas parler avec lui », se souvient l’accusé qui parait au bord des larmes quand il évoque sa…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *