A Strasbourg, des directeurs de cinémas optimistes mais prudents

Sur les portes closes d’un cinéma à Strasbourg, le 16 mars. FREDERICK FLORIN / AFP

« Ici, c’est un espace de liberté ! » Dans son bureau perché au sommet de l’Odyssée, bercé par le léger tumulte de la place Kléber toute proche, Faruk Günaltay annonce la couleur. Le directeur du cinéma d’art et d’essai strasbourgeois s’impatiente de rouvrir prochainement les portes de son établissement, à l’instar des autres lieux de culture. Après plusieurs mois de frustration et d’incompréhension, son optimisme est…

Lire la suite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *