Crise sanitaire : à Strasbourg, des commerçants en mal de locaux exercent à l'hôtel – Le Parisien


« Vous avez rendez-vous avec Esther ? Merci de monter au 2e étage, chambre 201 », invite la réceptionniste du Graffalgar, un hôtel strasbourgeois. Esther Sanchez est une coiffeuse indépendante qui a installé son salon dans une suite parentale de cet hôtel du quartier de la gare. « Je…



Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.