Apple a reçu une plainte relative aux publicités personnalisées en France

[ad_1]

Publié le: 09/03/2021 – 12: 48Modifié: 09/03/2021 – 12:46

Paris (AFP)

Un groupe représentant 2000 startups françaises a déposé mardi une plainte contre Apple, accusant la société américaine de ne pas avoir demandé l’autorisation des utilisateurs pour une publicité personnalisée.

Dans une pétition déposée auprès de la CNIL, l’organisme français de surveillance de la confidentialité des données, le groupe France Digitale indique que cette publicité est activée automatiquement lors d’une mise à jour des iPhone Apple et des ordinateurs Mac.

Apple a rejeté ces allégations comme étant « manifestement fausses », affirmant dans un communiqué à l’AFP que « la confidentialité est intégrée dans les publicités que nous vendons sur notre plateforme sans aucun suivi ».

La publicité personnalisée se trouve dans les applications Apple telles que l’App Store et Apple News, et le groupe américain reconnaît qu’il utilise des informations personnelles et techniques, y compris la géolocalisation et les enregistrements de recherche.

Apple insiste sur le fait qu’il ne transmet pas les données personnelles des utilisateurs à des tiers, mais les rassemble en «segments» de plusieurs milliers de personnes.

« Nous sommes obligés de mettre certaines informations non personnelles à la disposition des partenaires stratégiques qui travaillent avec Apple » pour les aider à vendre des produits, indiquent les documents techniques de la société.

France Digitale affirme que « l’accord préalable et présumé par Apple du consentement des utilisateurs n’est pas conforme aux normes européennes ».

« Si la plainte est confirmée par des faits, cela voudrait dire qu’Apple autorise ses applications à faire des choses qu’elle n’autorise pas de développeurs tiers », a déclaré à l’AFP Nicolas Brien, directeur général de France Digitale.

Apple a déclaré que les allégations « seront vues pour ce qu’elles sont, une mauvaise tentative de ceux qui traquent les utilisateurs pour détourner l’attention de leurs propres actions et induire en erreur les régulateurs et les décideurs.

« Nous nous maintenons à un niveau plus élevé en permettant aux utilisateurs de refuser l’utilisation limitée des données de première partie d’Apple pour la publicité personnalisée, une fonctionnalité qui nous rend uniques », a-t-il ajouté.

Apple déploie un nouveau système d’exploitation mobile, iOS 14, et prévoit de demander systématiquement aux utilisateurs d’autoriser les développeurs d’applications à utiliser l’identifiant de l’appareil pour les annonceurs, ou IDFA.

Cela a secoué le secteur de la publicité en ligne, qui dépend de l’accès aux données personnelles, et a provoqué une rupture entre Apple et le groupe de médias sociaux Facebook.

Mais le groupe autrichien de défense des droits numériques NOYB (None of Your Business) a déposé des plaintes contre Apple en Allemagne et en Espagne pour avoir autorisé des candidatures à nous IDFA sans consentement spécifique.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.