La France a sous-estimé l’impact des essais nucléaires en Polynésie française, selon une étude | Polynésie française

[ad_1]

La France a constamment sous-estimé l’impact dévastateur de ses essais nucléaires en Polynésie française dans les années 60 et 70, selon une nouvelle étude révolutionnaire qui pourrait permettre à plus de 100 000 personnes de réclamer une indemnisation.

La France a réalisé 193 essais nucléaires de 1966 à 1996 sur les atolls de Moruroa et Fangataufa en Polynésie française, dont 41 essais atmosphériques jusqu’en 1974 qui ont exposé la population locale, les ouvriers du chantier et les militaires français à des niveaux de radiation élevés.

En analysant les données de 2000 pages de documents du ministère français de la Défense récemment déclassifiés, en analysant des cartes, des photos et d’autres documents, et en réalisant des dizaines d’entretiens en France et en Polynésie française, les chercheurs ont méticuleusement reconstitué trois essais nucléaires clés et leurs retombées.

The Mururoa Files, une collaboration entre la salle de presse de journalisme d’investigation Disclose, le programme de l’université de Princeton sur la science et la sécurité globale et un collectif de recherche sur la justice environnementale, Interprt, suggèrent que l’impact des tests Aldébaran, Encelade et Centaure de 1966, 1971 et 1974 était bien plus important que officiellement reconnu.

«L’État s’est efforcé d’enterrer l’héritage toxique de ces tests», a déclaré Geoffrey Livolsi, rédacteur en chef de Disclose. «Il s’agit de la première tentative scientifique véritablement indépendante de mesurer l’ampleur des dégâts et de reconnaître les milliers de victimes de l’expérience nucléaire de la France dans le Pacifique.»

L’Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a publié le mois dernier un rapport sur les conséquences sanitaires des tests, arguant qu’il «ne pouvait pas conclure avec certitude» qu’il y avait un lien entre eux et les multiples cas de cancer apparus le les îles, mais en insistant sur la nécessité «d’affiner les estimations de dose».

La modélisation par les Dossiers Mururoa des retombées de la seule bombe Centaure – la dernière à avoir explosé dans l’atmosphère avant que les essais de la France ne se déplacent sous terre – suggère que Paris a, en fait, sous-estimé la contamination sur Tahiti de près de 40%, permettant potentiellement des dizaines de des milliers de personnes supplémentaires pour être officiellement reconnues comme victimes de tests.

À l’aide de données météorologiques, d’archives militaires et de documents scientifiques sur la taille du champignon radioactif de l’arme, l’équipe a tracé son passage au-dessus de Tahiti – et des 80000 habitants de Papeete, la capitale de la Polynésie française.

Le nuage devait se diriger vers le nord, mais n’a jamais atteint la hauteur prévue de 9 000 m, pour rester à environ 5 200 m. Là, il a été soufflé inexorablement vers l’ouest en direction de Tahiti, où aucune précaution n’avait été prise pour protéger la population, atteignant l’île à 2 heures du matin le 19 janvier 1974, 42 heures après l’explosion.

Selon un rapport confidentiel du ministère de la Santé polynésien obtenu par les chercheurs, environ 11000 victimes des tests ont reçu des doses de rayonnement supérieures à 5 millisieverts (mSv): cinq fois le niveau admissible à l’indemnisation, à condition qu’elles aient par la suite contracté certains types de cancer.

Sur la base de documents déclassifiés en 2013, cependant, les chercheurs calculent que l’ensemble de la population de Tahiti et des îles polynésiennes sous le vent – environ 110000 personnes – a été exposée à une dose de rayonnement de plus de 1 mSv du seul test Centaure.

Selon les nouveaux calculs, les doses de rayonnement réelles reçues par les habitants de certains quartiers de Papeete étaient deux à trois fois plus élevées que celles enregistrées dans une étude du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de France publiée en 2006, affirment les chercheurs.

Le projet révèle également un rapport confidentiel envoyé de Paris au gouvernement polynésien en février de l’année dernière faisant référence à «une grappe de cancers de la thyroïde» dans les îles Gambier, directement touchées par les retombées du premier essai nucléaire français, Aldéraban, en juillet 1966. .

Le rapport inédit, première reconnaissance officielle par la France de l’impact sanitaire des tests, précise la localisation du cluster, «concentré sur les îles où les retombées ont été les plus lourdes… ne laisse guère de doute sur le rôle des rayonnements ionisants» dans les cancers.

Les cancers de la thyroïde, de la gorge et du poumon, ainsi que les cas de leucémie et de lymphome et d’affections osseuses et musculaires liées à l’intoxication au strontium et au césium, restent répandus dans les îles, disent les chercheurs, citant des entretiens avec plusieurs habitants, dont beaucoup étaient des enfants à la heures des tests.

Les chercheurs citent également un échange confidentiel de courriels datant de 2017 dans lequel l’armée française reconnaît, apparemment pour la première fois, que pas moins de 2000 des 6000 militaires basés en Polynésie française et impliqués dans les tests entre 1966 et 1974 l’ont depuis contracté au moins une forme de cancer.

Site d’essais nucléaires à Mururoa en Polynésie en 1970. Photographie: Gamma-Keystone-France / Getty Images

Malgré des inquiétudes généralisées, la France n’a cependant mis en place de commission d’indemnisation des victimes civiles et militaires qu’en 2010, les demandeurs n’ayant – en théorie – qu’à prouver qu’ils vivaient en Polynésie française à l’époque et avaient contracté l’un des 23 cancers reconnus comme résultants. des radiations afin de recevoir un paiement.

Mais le conseil, connu sous le nom de Civen, n’a pour l’instant indemnisé que 454 personnes, dont 63 habitants seulement, rejetant plus de 80% des demandes sans avoir à justifier ses décisions. De nombreuses familles, ont déclaré les chercheurs, dont certaines avec plusieurs membres souffrant de différents cancers, ont renoncé à tenter de réclamer.

Les demandeurs potentiels n’ont pas les informations médicales nécessaires pour déposer une réclamation, ni les moyens d’établir avec précision le niveau de rayonnement auquel ils ont été exposés, disent les chercheurs: malgré 26 «points de surveillance radiologique» destinés à mesurer les effets des retombées , seuls 20% de la surface des îles sont effectivement surveillés.

Des équipements défectueux ont aggravé les problèmes: en 1971, année du test Encelade, certaines stations de mesure du rayonnement fonctionnaient avec une marge d’erreur de 50%.

Par ailleurs, révèlent les chercheurs, le rapport 2006 du CEA sur les rayonnements en Polynésie française, sur lequel Civen fonde ses décisions de compensation, a été validé par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) – dans une étude commandée et financée par le ministère français de la Défense –  » en supposant que toutes les données qu’il contient sont correctes »- ce qui, d’après leurs calculs, est loin d’être le cas.

Les chercheurs ont recalculé la dose de rayonnement efficace reçue par les habitants sur la base d’échantillons collectés par l’armée à l’époque et y compris la contamination par le nuage atomique, la poussière toxique au sol, l’inhalation de particules contaminées et, en particulier, la consommation d’eau de pluie contaminée.

Pour certains tests, la différence entre les recalculs et les chiffres officiels était insignifiante. Pour d’autres, cependant, c’était dramatique: les tests Aldébaran de 1966 ont produit des niveaux de contamination trois fois plus élevés que jusqu’à présent, ont-ils déclaré.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.