La région française féerique que les touristes britanniques visitent rarement

[ad_1]

J’ai rencontré récemment un type qui n’était jamais allé en Alsace. Il avait été à peu près partout ailleurs – Bali, Sri Lanka, Oulan-Bator, Pérou – mais pas l’Alsace. «Tenez-vous en main», dis-je. «Faire le tour de la planète, laissant une empreinte carbone de la taille d’un terrain de foot, quand Colmar – Colmar! – n’est qu’à quelques heures de train de Londres, c’est de la folie. Et c’est comme ça.

Pour être clair, l’Alsace est la tranche la plus civilisée de France et le quartier de Colmar son meilleur. C’est aussi – disons tout avoir – la capitale du vin de la région. En tant que tel, il est également pratique avec de la nourriture. Habituellement, beaucoup. Manger et boire modérément ici est faisable, mais c’est une entreprise solitaire. Nous y reviendrons. Ailleurs, presque tout est parfait. Des bâtiments hauts à colombages se pressent dans des rues étroites. Il y a des enseignes en fer forgé portant des cochons et des paysans à l’extérieur des magasins et des fantaisies sculptées de la Renaissance partout. La rivière Lauch se divise en canaux étroits surplombés de terrasses en bois sur lesquelles des gens souriants mangent et boivent et, franchement, s’énervent un peu des barques touristiques à fond plat flottant à bout de bras, des bateliers perroquetant un commentaire.

Mais les bateliers ont un gagne-pain, et un petit tort met en évidence le droit. Remarquez, s’il vous plaît, que toute la cacophonie heureuse – pignons, galeries, cours, rues pavées, canaux fluviaux – est recouverte de fleurs à un degré magnifique. Il y a, avec, un sentiment de prospérité ancestrale, de mecs décents et de matrones aux joues de pomme qui travaillent dur, plantent des graines, mangent amplement et se détachent au moment du festival.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.