L’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne arrêtent l’utilisation du vaccin AstraZeneca | Actualités sur la pandémie de coronavirus

[ad_1]

L’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne ont suspendu l’utilisation du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca après plusieurs rapports de caillots sanguins chez des personnes qui ont reçu le vaccin en Europe.

La vague de suspensions lundi est intervenue après qu’un certain nombre d’autres pays, principalement en Europe, ont interrompu leurs déploiements à la fin de la semaine dernière.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a soutenu l’utilisation du vaccin et a déclaré qu’elle n’avait vu aucune preuve que le tir avait provoqué la coagulation.

L’agence de santé des Nations Unies examine les rapports relatifs au tir et a exhorté les pays à ne pas suspendre les vaccinations, car son principal scientifique a déclaré que les gens ne devraient pas paniquer.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré dans un communiqué qu’elle n’avait trouvé aucune preuve de liens entre les cas de thrombose signalés et le tir d’AstraZeneca, affirmant que les avantages du tir l’emportaient sur les risques et qu’il était sûr à utiliser. Le régulateur examine le tir et rendra une décision sur toute autre action jeudi, a-t-il déclaré.

Les membres de l’UE arrêtent les tirs

Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a déclaré que le pays avait suspendu l’utilisation du vaccin sur les conseils du régulateur national des vaccins, l’Institut Paul Ehrlich.

L’institut avait appelé à une enquête plus approfondie sur sept cas signalés de caillots dans le cerveau de personnes ayant reçu cette vaccination.

« La décision d’aujourd’hui est une mesure de précaution purement », a déclaré Spahn.

La France et l’Italie ont annoncé des mesures similaires peu de temps après.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que l’utilisation du vaccin AstraZeneca serait suspendue par mesure de précaution jusqu’à au moins mardi après-midi, lorsque le régulateur des médicaments de l’Union européenne – l’EMA – émettra sa recommandation sur le vaccin.

Macron n’a pas précisé le raisonnement derrière la décision, mais a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il espérait que la France serait en mesure de vacciner à nouveau avec des injections d’AstraZeneca «bientôt».

L’autorité italienne des médicaments, AIFA, a quant à elle déclaré qu’elle mettait en œuvre sa propre suspension en tant que «mesure de précaution et temporaire» en attendant les décisions de l’EMA.

L’annonce faisait suite à la saisie de centaines de milliers de doses du vaccin par les procureurs italiens dans la région nord du Piémont, où un enseignant est décédé suite à sa vaccination.

Les experts recherchent s’il existe un lien entre sa mort et la vaccination.

Lundi soir, la ministre espagnole de la Santé, Carolina Darias, a déclaré que le pays suspendait son utilisation du vaccin pendant deux semaines par «précaution».

Elle a déclaré que la décision resterait en vigueur jusqu’à ce que l’EMA «analyse les récentes incidences de caillots sanguins, notamment au cours du week-end».

AstraZeneca a déclaré qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter de son vaccin, qui est produit conjointement avec l’Université britannique d’Oxford, et qu’il y avait moins de cas de thrombose signalés chez ceux qui ont reçu le vaccin que dans la population générale.

Peter Drobac de l’Université d’Oxford a déclaré à Al Jazeera que le vaccin AstraZeneca avait subi des «essais cliniques rigoureux» et que les caillots sanguins n’avaient pas été identifiés comme un problème.

«La pause de sécurité, je pense que c’est certainement la prérogative des régulateurs de ces pays. Cependant, l’Organisation mondiale de la santé, l’Agence européenne des médicaments et d’autres nous ont dit qu’à ce stade, les avantages de la vaccination l’emportent clairement sur les risques », a déclaré Drobac.

L’OMS appelle au calme

L’EMA et l’OMS ont également déclaré que les données disponibles ne suggéraient pas que le vaccin avait provoqué les caillots et que les personnes devraient continuer à être vaccinées avec le vaccin.

L’OMS a appelé lundi les pays à ne pas suspendre les vaccinations contre une maladie qui a causé plus de 2,7 millions de décès dans le monde. Le principal scientifique de l’agence des Nations Unies pour la santé a réitéré qu’il n’y avait eu aucun décès documenté lié aux vaccins COVID-19.

«Nous ne voulons pas que les gens paniquent», a déclaré Soumya Swaminathan, ajoutant qu’il n’y avait eu aucune association, jusqu’à présent, identifiée entre les soi-disant «événements thromboemboliques» rapportés dans certains pays et les injections de COVID-19.

Les assurances semblent toutefois avoir peu contribué à calmer les doutes, plusieurs pays ayant maintenant temporairement arrêté l’utilisation du vaccin AstraZeneca ces derniers jours.

Le Danemark, la Norvège, l’Irlande, les Pays-Bas, l’Islande, la Bulgarie, le Portugal et la Slovénie ont été parmi ceux qui ont suspendu l’utilisation du projectile.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.