Le patron d’AstraZeneca est sur la «sellette» en raison des retards de vaccination, selon la France | Nouvelles du monde

[ad_1]

PARIS (Reuters) – Le directeur général d’AstraZeneca est sur la «sellette» en raison des retards de livraison de son vaccin COVID-19 injecté dans les pays européens et doit fournir plus de détails sur ses plans de production, a déclaré la ministre française de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher.

AstraZeneca a déclaré la semaine dernière qu’elle essaierait de livrer 30 millions de doses à l’Union européenne d’ici la fin du mois de mars, contre une obligation contractuelle de 90 millions et une promesse précédente faite le mois dernier de livrer 40 millions de doses.

Le nouvel objectif n’est pas garanti car il dépend de l’approbation réglementaire d’une usine de vaccins aux Pays-Bas.

Interrogé sur la question de savoir si le directeur général Pacal Soriot était soumis à une pression suffisante de l’UE, Pannier-Runacher a déclaré à la radio France Info: « Je pense qu’il est sur la sellette et qu’il en est absolument conscient. »

« Dans toute entreprise, il y a une responsabilité fiduciaire, vous devez être responsable. Lorsque vous n’honorez pas un contrat, cela peut causer des problèmes, des problèmes individuels. »

Pannier-Runacher a déclaré que la France ne recevrait que 25% des quelque 15 millions de doses qu’elle attendait en mars et avril et qu’AstraZeneca ne donnait pas suffisamment de détails sur les plans de production.

« Nous avons identifié des contradictions dans les indications données par AstraZeneca », a-t-elle déclaré.

Les commentaires de Pannier-Runacher interviennent alors qu’un certain nombre de pays de l’UE, dont la France et l’Allemagne, ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca après avoir signalé qu’un petit nombre de receveurs ont souffert de caillots sanguins, dans certains cas mortels.

« Il ne doit pas y avoir de méfiance du public. Si vous voyez des décisions prises dans d’autres pays, le risque est qu’une méfiance à l’égard du vaccin se développe », a déclaré le ministre.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu’il n’y avait aucun lien prouvé et a appelé les gens à ne pas paniquer. L’Agence médicale européenne, qui enquête sur les incidents, devrait aborder la question publiquement jeudi.

(Reportage de Matthias Blamont; Montage par Christian Lowe)

Copyright 2021 Thomson Reuters.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.