6N: Les sondes commencent à éclater qui frappe l’élan de la France

[ad_1]

L’entraîneur de l’équipe de France Fabien Galthie arrive avant le début du match de rugby des Six Nations entre l’Irlande et la France Aviva Stadium, Dublin, dimanche 14 février 2021 (Brian Lawless, Pool via AP) Brian Lawless AP PARIS

L’élan se construisait bien alors que la France envisageait une troisième victoire consécutive des Six Nations en vue de réaliser son premier Grand Chelem depuis 2010.

Sur un autre bon départ après avoir terminé une courte deuxième place l’an dernier, la France avait de grands espoirs et n’avait pas peur de le dire. Après que tant de campagnes de rugby au cours de la dernière décennie se sont rapidement étouffées, ces Tricolores étaient passionnants et attiraient des applaudissements mérités. Les joueurs étaient inondés d’élan et d’invention, galvanisés par de nouveaux entraîneurs novateurs et rafraîchissants.

Une fête de sept essais à Rome a été suivie d’une première victoire à Dublin en 10 ans, et l’Écosse venait à Paris ce week-end pour tenter de résister à la force de l’équipe rajeunie de Fabien Galthie.

Jusqu’à ce que le coronavirus fasse irruption dans la bulle française.

Lors du premier week-end de repos, trois joueurs ont été testés positifs, dont le joueur 2020 du tournoi Antoine Dupont. Le lendemain, deux de plus. Le lendemain, lundi dernier, il y en avait cinq autres, dont le capitaine Charles Ollivon. Trois membres du personnel étaient également positifs, dont Galthie.

Des tests négatifs pendant deux jours consécutifs ont donné le feu vert au match contre l’Écosse, mais jeudi, un 11e joueur a été testé positif et le match a été reporté. Ce ne sera pas la semaine prochaine, car toute l’équipe de France est isolée et n’aura pas assez de temps pour s’entraîner.

Des joueurs découragés ont été ramenés chez eux vendredi matin dans des voitures séparées de leur camp de Marcoussis, à la périphérie de Paris, alors que des enquêtes étaient ouvertes sur l’épidémie par la Fédération française de rugby et le gouvernement.

Les accusations initiales se concentrent sur l’une des premières personnes infectées, Galthie, dont le mantra du leadership a été centré sur l’unité, un environnement stable et donner l’exemple.

Quelques instants après la victoire 15-13 contre l’Irlande il y a deux semaines, Galthie a fait des commentaires chaleureux et flous à la télévision sur la façon dont il espérait que la performance de l’équipe pourrait apporter le bonheur aux enfants pendant une période misérable de verrouillage et de couvre-feu.

Mais le journal L’Equipe dit qu’il a enfreint les protocoles de santé qui ont été resserrés pour que le tournoi lui-même puisse se dérouler. L’Equipe dit que Galthie a enfreint les règles avant le match contre l’Irlande et que certains joueurs sont sortis manger à Rome avant de mettre l’Italie en déroute 50-10.

Galthie a déclaré à L’Equipe: «Toutes mes actions sont conformes au protocole de santé. Je ne comprends pas ces accusations injustifiées.

Mais L’Equipe a de nouveau blâmé Galthie vendredi, éclaboussant une photo de lui portant un masque facial en première page et les mots sarcastiques «Bas Les Masques» (Drop The Act).

L’affirmation du vice-président de la FFR, Serge Simon, dans un autre journal, selon laquelle l’origine de l’épidémie était due à l’un des physiothérapeutes, a provoqué la colère, car cette personne ne semble avoir enfreint aucun protocole.

La ministre française des Sports, Roxane Maracineanu, a ordonné une enquête interne. Les Six Nations étaient en danger jusqu’à ce que son gouvernement donne son feu vert au tournoi il y a trois semaines seulement après avoir approuvé les contrôles sanitaires plus stricts de la FFR.

À l’époque, la France fermait frénétiquement les frontières aux voyages non essentiels et se méfiait surtout d’un Royaume-Uni touché par une variante plus infectieuse du virus.

La FFR a promis une bulle impénétrable. Le président Bernard Laporte a tweeté le 14 janvier: «Le protocole qui a bien fonctionné lors de la Coupe des nations d’automne sera encore renforcé. Une bulle de santé stricte avec deux fois plus de tests. Prévenir, détecter et contenir. Nous serons exemplaires. »

Maintenant, il est aussi sous le feu.

Un Laporte inquiet a déclaré à la radio française: «Nous voulons savoir comment nous sommes arrivés à ce stade, car il est vrai que le protocole est très strict. Pour autant que je sache, il n’y a pas eu d’erreur au sein de l’équipe. J’espère que non, et la première personne à mener l’enquête et à découvrir la vérité, c’est moi. Mais j’ai du mal à imaginer.

L’affaire a atteint aussi haut que le premier ministre Jean Castex.

« Avant de parler de punitions, nous devons savoir exactement ce qui s’est passé », a déclaré Castex jeudi. « Je pense que les joueurs sont déjà punis de ne pas pouvoir jouer. Nous ne préjugons pas de l’issue de cette affaire. Nous devons commencer par analyser et comprendre la situation. »

Le jeu du blâme, cependant, a déjà commencé.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.