Buzz à Bordeaux: la première boisson au cannabis en France

[ad_1]

Délivré le: 17/03/2021 – 05:04

Bordeaux (AFP)

Un jeune entrepreneur a lancé le premier vin de France infusé d’un extrait de cannabis au cœur du vignoble bordelais, dans l’espoir de bousculer les traditions et de marquer avec les milléniaux.

Raphael De Pablo, le créateur de la marque Burdi W, 28 ans, infuse un cépage «petit verdot» d’origine locale, généralement réservé aux vins de haute qualité, avec du cannabidiol (CBD), l’une des substances clés présentes dans le cannabis.

Alors que le composant cannabis THC enivrant reste strictement interdit en France, l’utilisation du CBD est non seulement légale, mais a été crédité de certaines propriétés médicinales, notamment pour soulager l’épilepsie ou l’anxiété.

« Cela ajoute un effet relaxant à l’effet classique de l’alcool », a déclaré De Pablo à l’AFP, qui a déclaré avoir eu l’idée de sa marque en 2018.

Bien que son produit soit légal et certifié « de la graine au produit fini », il ne peut pas prétendre être du vin et doit être commercialisé en tant que « boisson aromatisée à base de vin ».

Une « petite touche de cassis » équilibre le goût prononcé du CBD, a déclaré De Pablo, ajoutant que trouver le bon mélange est « l’une des parties les plus complexes de la fabrication de cette boisson ».

Burdi W a attiré plus de 1000 bailleurs de fonds dans une campagne de financement participatif, et De Pablo a déclaré qu’il avait déjà vendu 8000 bouteilles à 34 euros (41 $) chacune.

La plupart des acheteurs se trouvent en France, mais les commandes arrivent d’autres pays européens ainsi que des États-Unis, où le vin infusé au CBD est déjà populaire, mais aussi très cher, a-t-il déclaré.

– ‘Notes végétales’ –

La France fait peut-être partie des plus grands pays amateurs de vin au monde, mais il est prouvé que les jeunes adultes se sentent moins attirés par la consommation régulière de vin que leurs parents ou grands-parents.

Une enquête réalisée l’année dernière par l’organisme de recherche Credoc a révélé que seulement un quart des personnes âgées de 18 à 24 ans boivent du vin une fois par semaine en moyenne, contre 50% des personnes dans la quarantaine et 60% des personnes âgées de 75 ans et plus.

« Notre objectif est de réconcilier les jeunes avec le vin », a déclaré De Pablo, avec le design des bouteilles – avec des bouchons gravés et une feuille de marijuana sur des étiquettes luminescentes – destinées à un public jeune et sophistiqué.

« Je ne bois jamais de vin mais savoir qu’il contient du CBD me donne envie de l’essayer », a déclaré à l’AFP Zoe Habar Treves, une jeune diplômée universitaire de 21 ans à Paris.

Mais Jean-Michel Delile, qui dirige le centre d’information sur la toxicomanie du CEID, a déclaré que cibler les jeunes avec la nouvelle boisson était problématique.

« Le CBD est sans risque, mais l’alcool ne l’est pas », a déclaré Delile à l’AFP.

La législation française complique la fabrication de la boisson car si la culture du chanvre est légale, l’extraction de toute substance de la plante ne l’est pas, et la production de CBD est donc gérée dans l’Allemagne voisine, les détails du processus étant un secret commercial, a déclaré De Pablo.

Les réactions de la communauté viticole vont de la déroute au rejet.

« Le vin est du vin. Je ne comprends pas pourquoi vous ajouteriez des substances améliorant l’humeur au vin, il y a déjà de l’alcool dedans », a déclaré à l’AFP Diane Cauvin, une vigneronne.

Jacques Broustet, propriétaire du domaine Château Lamery, a plaisanté: « Je suis vigneron, pas chimiste ».

Le site Web influent des vins de Terre de Vins a cependant jugé la boisson prometteuse après que leur test gustatif a révélé « des notes végétales qui rappellent les arômes d’une bière artisanale ».

«C’est une boisson amusante, dans une catégorie différente du vin, que l’on peut facilement imaginer à l’apéritif», dit-il.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.