La France a embauché McKinsey pour aider dans la pandémie. Puis sont venues les questions.

[ad_1]

PARIS – Alors que la France se précipitait pour achever en décembre un plan complexe de vaccination de sa population contre le coronavirus, le gouvernement a discrètement attribué des millions d’euros de contrats au géant du conseil McKinsey & Company.

Les contrats, qui n’ont pas été initialement divulgués au public, visaient à garantir que des millions de minuscules flacons de vaccins parviennent rapidement aux points de distribution des maisons de retraite, des prestataires de soins de santé et des personnes âgées. Des contrats supplémentaires ont été attribués à la hâte à d’autres consultants, dont Accenture et deux sociétés basées en France.

Mais en quelques semaines, la campagne de vaccination de la France a été ridiculisée pour être beaucoup trop lente. Début janvier, la France n’avait vacciné que «plusieurs milliers de personnes», selon le ministre de la Santé, contre 230 000 en Allemagne et plus de 110 000 en Italie.

Alors que les contrats de conseil commençaient à apparaître, McKinsey est devenu un aimant pour la controverse dans un pays où une fonction publique d’élite est censée gérer les affaires publiques, et où l’implication du secteur privé est considérée avec méfiance.

Les contrats – d’un montant total de 11 millions d’euros (13,3 millions de dollars), dont 4 millions d’euros sont allés à McKinsey – ont été confirmés par une commission parlementaire la semaine dernière. Le gouvernement du président Emmanuel Macron, critiqué depuis des mois pour avoir trébuché dans sa gestion de la pandémie, a été contraint d’admettre qu’il s’était tourné vers des cabinets de conseil extérieurs pour l’aider à gérer la réponse.

Mercredi, 18 législateurs du parti conservateur Les Républicains ont envoyé une lettre au président Macron demandant des réponses supplémentaires sur les raisons pour lesquelles McKinsey, consultant auprès des entreprises et des gouvernements du monde entier, a été embauché pour soutenir les agences françaises chargées de déployer le vaccin.

La lettre citait le récent accord de McKinsey de payer près de 600 millions de dollars aux autorités américaines pour régler les allégations selon lesquelles il aurait contribué à «la crise dévastatrice des opioïdes» comme une préoccupation pour son implication dans les questions de santé françaises.

Un porte-parole de McKinsey a refusé de commenter.

La France n’est pas le seul pays européen à impliquer le secteur privé dans les affaires publiques. Les gouvernements de la Grande-Bretagne à la Grèce ont fait appel à des sociétés de conseil pendant des années pour aider à rationaliser la grande bureaucratie. À mesure que les gouvernements ont réduit leurs effectifs, nombre d’entre eux sont devenus de plus en plus dépendants de prestataires extérieurs, même pour les services publics de base.

M. Macron, un ancien banquier d’investissement, est entré en fonction en promettant de diriger l’un des plus grands gouvernements d’Europe avec une plus grande efficacité. Sa réponse au coronavirus a été critiquée en France pour être le contraire, avec des verrouillages répétés, des pénuries d’approvisionnement et un échec l’été dernier à mettre en place un triptyque critique de tests, de traçabilité et d’isolement. Les faux pas ont fourni une nouvelle opportunité à McKinsey et à d’autres consultants d’intervenir.

Personne n’accuse McKinsey d’actes répréhensibles. La société a stratégiquement déployé ses services de conseil en cas de pandémie dans un large éventail d’autres pays du monde, y compris la Grande-Bretagne, où elle a obtenu 1,1 million de livres (environ 1,5 million de dollars) en contrats pour conseiller le groupe de travail Covid-19 et déterminer les tests du National Health Service. capacité. Aux États-Unis, l’entreprise a obtenu plus de 100 millions de dollars en contrats Covid-19 par des agences fédérales, étatiques et municipales.

En France, les agences de santé ont passé un contrat avec McKinsey et d’autres consultants pour l’aider à exécuter son déploiement de vaccins, prévu pour le 28 décembre, après que l’Union européenne ait conclu un accord tardif avec des sociétés pharmaceutiques pour des millions de doses de vaccins pour les pays membres à la mi-novembre.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a défendu la décision après la publication des contrats, initialement rapportés par Politico, en janvier.

«Ce n’est pas la première fois que nous faisons appel à des partenaires privés», a-t-il déclaré au Sénat français. Il a ajouté que McKinsey aidait à relever «les défis pratiques, opérationnels et logistiques de notre stratégie vaccinale», mais ne jouait aucun rôle dans les décisions politiques.

Mise à jour

21 février 2021 à 18 h 38 HE

L’essentiel du travail de McKinsey en France se fait avec des entreprises clientes. Malgré cela, McKinsey a maintenu des liens étroits avec une succession de gouvernements français, et certains fonctionnaires ont déjà travaillé pour McKinsey.

La France a intensifié son recours à des consultants ces dernières années, créant des budgets dédiés que les agences pourraient exploiter pour faire appel à des conseillers externes en cas de besoin. En 2018, McKinsey a été sélectionné comme l’un des nombreux consultants incontournables disponibles à la location par les agences françaises, dans le cadre d’un contrat mutualisé de 100 millions d’euros. Cela signifiait qu’aucune des agences pouvait sélectionner l’une des entreprises sans être obligée de solliciter des soumissions pour les travaux.

Les contrats de décembre, et un autre à la mi-janvier, d’un montant total de 4 millions d’euros, sont issus de cet accord de mise en commun. Il a demandé à McKinsey d’aider à définir les itinéraires de distribution des vaccins Pfizer et Moderna, qui doivent être conservés à une température aussi froide que moins 80 degrés Celsius pendant le transport et le stockage. L’entreprise comparerait la performance de la France à celle d’autres pays européens. Les experts de McKinsey aideraient également à coordonner un groupe de travail sur la vaccination composé de fonctionnaires de nombreuses agences, certaines chaînes de décision impliquant jusqu’à 50 autorités.

D’autres contrats prévoyaient Accenture, le consultant mondial en technologies de l’information, pour déployer les systèmes de suivi de la campagne, et pour deux consultants français, Citwell et JLL, pour aider au «soutien logistique et à la distribution des vaccins».

La stratégie du gouvernement s’est concentrée sur la livraison des vaccins à 1000 points de distribution en France, à partir desquels les doses seraient envoyées dans des camions surfondus vers les maisons de retraite, les cliniques et les maires locaux. La distribution locale a été considérée comme un moyen de surmonter la méfiance de jusqu’à 40 pour cent de la population à propos de la vaccination.

En Allemagne, le programme était plus simple: les autorités ont décidé d’administrer le vaccin dans 400 centres régionaux.

Dès la première semaine de janvier, la France avait un million de doses de vaccins en main, mais le retard pour les mettre dans les bras des gens devenait de plus en plus connu du public. La campagne a continué de prendre du retard, Pfizer et Moderna ralentissant temporairement les approvisionnements supplémentaires.

Le rythme s’est récemment accéléré. Plus de trois millions de personnes sur 67 millions d’habitants français ont désormais reçu au moins une dose de vaccin et plus de 923 000 ont été entièrement vaccinées. Mais avec 4,7 doses administrées pour 100 personnes, selon une base de données du New York Times, la France traîne toujours des voisins comme l’Allemagne et l’Italie.

Pour les critiques de la stratégie du gouvernement, la performance soulève des questions sur la valeur que les consultants ajoutent au processus.

Frédéric Pierru, sociologue et chercheur au Centre national de la recherche scientifique, a travaillé pendant 15 ans dans les hôpitaux français et les agences régionales de santé et a étudié l’impact des cabinets de conseil appelés à gagner en efficacité. Il a dit que les entreprises avaient tendance à importer des modèles d’exploitation utilisés dans d’autres industries qui n’étaient pas toujours efficaces dans le domaine de la santé publique.

«Ensuite, le gouvernement ne revient pas pour évaluer si ce que les consultants ont bien fonctionné ou non», a déclaré M. Pierru. «Il est trop tôt pour dire si McKinsey et d’autres ajoutent de la valeur à cette campagne», a-t-il ajouté. «Mais je pense que nous ne le saurons jamais vraiment.

Les législateurs demandent plus d’informations.

Véronique Louwagie, députée des Républicains et rapporteur du Parlement français pour le budget national de la santé, a déclaré à la commission des finances que de nombreux contrats supplémentaires du secteur privé pour lutter contre la pandémie ont été attribués par d’autres agences, dont les montants ne sont pas publics.

Alors que les coûts peuvent pâlir par rapport aux milliards que la France dépense pour soutenir l’économie, «ce qui me dérange, c’est que le gouvernement ne fait pas preuve de transparence», a déclaré Mme Louwagie dans une interview.

La plus grande préoccupation, a-t-elle dit, est de savoir si la dépendance apparemment croissante du gouvernement envers les consultants déplace l’expertise que les fonctionnaires avaient l’habitude de fournir.

«Je ne suis pas nécessairement choquée que le gouvernement fasse appel à des consultants», a déclaré Mme Louwagie. « Mais en France, cela témoigne d’une perte de savoir-faire et d’expertise dans l’administration de la santé censée gérer la crise », a-t-elle déclaré.

«Si l’autorité sanitaire d’un pays a besoin de courir après le soutien de consultants», a-t-elle ajouté, «nous devons nous demander pourquoi.»

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.