La France annonce le verrouillage du week-end dans les régions du nord au milieu de l’augmentation des cas de COVID-19

[ad_1]

Les citoyens français du nord de la France se préparent à observer un verrouillage le week-end après que les autorités ont annoncé la mesure jeudi 4 mars.

Pour contenir la propagation de nouvelles variantes de coronavirus en France, le Premier ministre Jean Castex a étendu les verrouillages du week-end COVID-19 à la région autour de la ville côtière de la Manche de Calais, à la suite de verrouillages similaires autour de Nice et de Dunkerque.

Le verrouillage sera en place dans le département du Pas-de-Calais, qui compte 1,4 million d’habitants dans le nord de la France, à partir de ce week-end.

Le taux d’incidence y atteint 400 cas pour 100 000 habitants, soit le double de la moyenne nationale. Le nombre de nouvelles infections a augmenté de 23% au cours des cinq derniers jours.

Comme dans les Alpes-Maritimes et à Dunkerque, les habitants du Pas-de-Calais doivent rester chez eux de 6 h samedi à 18 h dimanche, a annoncé Castex lors de la conférence de presse hebdomadaire sur la situation sanitaire.

Il a précisé que trois départements, les Hautes-Alpes, l’Aisne et l’Aube, sont ajoutés à la liste des zones d’alerte, où les grands centres commerciaux fermeront et le port de masques sera renforcé dans toutes les zones urbaines à partir de vendredi minuit.

Les autorités locales auront le pouvoir d’interdire les rassemblements publics le week-end dans les zones les plus peuplées de ces départements « sous surveillance renforcée », a déclaré Castex, appelant les habitants à limiter au maximum leurs déplacements.

« Le week-end prochain, même si vous n’êtes pas obligé de rester à la maison, limitez vos interactions sociales. Nous devons tenir bon ensemble.

« En un an, beaucoup de choses ont changé. Nous avons appris l’impact du verrouillage, son impact social, économique et humain », a-t-il dit, ajoutant qu’un autre verrouillage n’est « pas impossible mais ce n’est pas inévitable ».

La circulation virale en France a augmenté en quelques semaines principalement en raison de la variante du virus détectée pour la première fois en Grande-Bretagne, qui « représente désormais plus de 60% des infections », a déclaré Castex.

La France prévoit d’étendre massivement la vaccination contre le COVID-19 dans les zones à haut risque. Le pays a pour objectif de vacciner au moins 10 millions de personnes d’ici la mi-avril, 20 millions d’ici la mi-mai et 30 millions d’ici l’été, a déclaré Castex.

Jusqu’à présent, 3 235 684 personnes ont reçu au moins le premier coup, et 1 781 750 d’entre elles ont reçu les deux doses, selon le Premier ministre.

Il a ajouté que les livraisons de vaccins « augmenteront dans les semaines à venir » à 22 millions de doses sur la période mars-avril, contre 7 millions de vaccins reçus au cours des deux premiers mois de l’année.

Jeudi, 25279 autres personnes ont été testées positives pour Covid-19, portant le nombre de cas cumulés dans le pays à 3895430.

Le bilan global des décès a atteint 87 835 après la mort de 293 patients au cours des dernières 24 heures, selon les autorités sanitaires.

Les cas ont augmenté à un rythme hebdomadaire régulier d’un peu plus de 4% depuis début janvier, bien que ce chiffre soit bien inférieur aux augmentations de plus de 20% observées avant et pendant un verrouillage national en novembre.

Le virus a continué à circuler, mais il n’augmentait pas de manière exponentielle comme l’avaient prédit certains experts, a déclaré Castex.

«Le déploiement de vaccins le plus rapide et le plus ciblé nous permettra de sortir du tunnel», a-t-il ajouté.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.