Les exportations de vins et spiritueux ont chuté de 13,9% en 2020

[ad_1]

Le maître de chai vérifie la qualité d’un armagnac vieilli au Château Laubade, à Sorbets, près de … [+] Eauze, dans le département du Gers, sud ouest de la France, le 9 février 2021. – La surtaxe américaine de 25% sur l’Armagnac est difficile à accepter pour les exportateurs de cette liqueur française. Depuis le 12 janvier 2021, les États-Unis, sous l’administration de Donald Trump, ont imposé cette nouvelle taxe qui, par exemple, fait passer le prix d’une bouteille d’Armagnac de 100 à 125 dollars, une taxe qui affecte déjà les vins depuis octobre 2019, mais pas du Champagne. (Photo par GEORGES GOBET / AFP) (Photo par GEORGES GOBET / AFP via Getty Images)

AFP via Getty Images

La pandémie mondiale et une guerre commerciale avec les États-Unis ont donné un coup de pouce à l’industrie française des vins et spiritueux en 2020. Selon la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS), les exportations ont chuté de 13,9% l’année dernière alors que l’industrie espère une nouvelle l’administration présidentielle apportera un certain soulagement.

L’industrie a déclaré 12,1 milliards d’euros d’exportations en 2020, chutant aux niveaux observés pour la dernière fois en 2016. La Champagne a continué d’être l’un des secteurs les plus durement touchés, les ventes ayant chuté de 18% en volume.

Sous l’administration Trump, un différend commercial en cours impliquant les géants de l’aéronautique Boeing et Airbus s’est intensifié à mesure que des droits de douane supplémentaires étaient imposés à des secteurs indépendants tels que le vin et les spiritueux. Cela incluait 25% de droits de douane ajoutés aux spiritueux et aux vins à la fin du mois de décembre.

Malheureusement pour les producteurs français, la nouvelle administration Biden a choisi de laisser les tarifs en place – pour le moment.

Les dirigeants européens ont proposé une suspension de 6 mois des tarifs liés au différend aéronautique dans le but de trouver une sorte de règlement. Mais l’administration Biden attend toujours que le Congrès américain confirme sa candidature au poste de représentant commercial des États-Unis.

En attendant, les États-Unis ne réviseront pas les tarifs, selon le porte-parole de l’USTR, Adam Hodge, cité par le site d’information de l’industrie des boissons:

«Nous savons qu’il y a un grand intérêt à résoudre le différend Boeing-Airbus des deux côtés de l’Atlantique et l’USTR a hâte de travailler avec nos alliés européens pour trouver un résultat qui égalise les règles du jeu une fois l’ambassadeur Tai confirmé.»

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.