Les gens en France, en Allemagne et au Royaume-Uni refusent le vaccin AstraZeneca parce qu’ils veulent plutôt le vaccin Pfizer, selon les rapports.

[ad_1]

Une boîte contenant des flacons de vaccin COVID-19 d’AstraZeneca. ALAIN JOCARD / AFP via Getty Images

Certaines personnes en France, en Allemagne et au Royaume-Uni insistent sur un vaccin particulier contre le coronavirus.

Les responsables européens ont du mal à donner le coup d’AstraZeneca, invoquant des préoccupations concernant les performances.

Le Washington Post a rapporté que certains au Royaume-Uni préféraient le vaccin développé localement par AstraZeneca.

Visitez la section Affaires d’Insider pour plus d’histoires.

Les personnes recevant des vaccins au Royaume-Uni, en France et en Allemagne compliquent les déploiements en essayant d’insister pour recevoir un vaccin particulier, selon les rapports.

En Europe continentale, les responsables ont signalé des rendez-vous non remplis et des centres de vaccination vides lorsque le vaccin AstraZeneca est proposé.

Vidéo: Pourquoi l’immunité mondiale contre le coronavirus est encore loin

La résistance semble provenir de données d’essais suggérant que le vaccin d’AstraZeneca était moins efficace que celui de Pfizer, l’autre vaccin largement utilisé en Europe.

Au Royaume-Uni, il y a des rapports anecdotiques de certaines personnes insistant sur le jab Pfizer et d’autres faisant pression pour celui d’AstraZeneca, citant ses références locales.

Voici ce qui se passe:

En Allemagne, des centaines de milliers de doses du vaccin AstraZeneca sont restées inutilisées, a rapporté Yahoo News. Moins de 200 personnes se présentaient pour 3800 rendez-vous quotidiens dans des centres de Berlin offrant uniquement la photo d’AstraZeneca, a rapporté lundi le Times de Londres.

Des responsables autrichiens et bulgares ont également décrit la résistance du public au vaccin AstraZeneca, a rapporté jeudi l’Agence France-Presse.

En Italie, des enseignants et des policiers ont exprimé des inquiétudes au sujet du vaccin AstraZeneca, a rapporté le Wall Street Journal.

En France, les autorités ont échelonné les vaccinations des agents de santé après que plusieurs travailleurs qui avaient reçu le vaccin AstraZeneca se soient déclarés malades en raison d’effets secondaires pseudo-grippaux. Le mois dernier, le président Emmanuel Macron a exprimé des doutes sur l’efficacité du vaccin.

En Suède, deux régions ont temporairement suspendu le déploiement des vaccins AstraZeneca après que le personnel hospitalier qui avait reçu un vaccin a signalé des effets secondaires bénins.

Au Royaume-Uni, la situation est plus compliquée. Le Washington Post a rapporté que certains Britanniques annulaient et modifiaient les rendez-vous de vaccination pour obtenir le coup de feu Pfizer ou AstraZeneca sur la base de rumeurs et d’informations privilégiées sur les centres qui ont quelles doses.

L’histoire continue

Le Premier ministre britannique Boris Johnson visite un centre de vaccination contre le coronavirus dans le sud-est de Londres le 14 février. Jeremy Selwyn-WPA Pool / Getty Images

Le point de vente a rapporté que certaines personnes insistaient pour se faire vacciner sur AstraZeneca parce qu’AstraZeneca a son siège social au Royaume-Uni et a développé son vaccin avec l’Université d’Oxford.

Un médecin a déclaré dimanche à la BBC que si ses collègues médecins avaient une légère préférence pour le vaccin de Pfizer, ses patients avaient tendance à préférer le vaccin Oxford-AstraZeneca «fabriqué en Grande-Bretagne».

Différences de données sur l’efficacité

La dynamique semble être façonnée par les données des essais de phase trois des deux vaccins.

À la fin de l’année dernière, AstraZeneca a annoncé que son vaccin était efficace à 62% après deux doses complètes dans son essai, mais à 90% après une demi-dose et une dose complète, soulevant des questions sur ses essais, comme l’a rapporté Isabella Jibilian d’Insider.

Les régulateurs britanniques disent maintenant que l’efficacité du vaccin est de 70%, tandis que l’Agence européenne des médicaments dit qu’elle est de 60%, a rapporté The Post.

Par rapport à l’efficacité de 95% que Pfizer a trouvée dans les essais de son vaccin, il pourrait sembler que le vaccin AstraZeneca ne fonctionne pas aussi bien.

Mais Andrew Pollard, un scientifique qui a dirigé le développement du vaccin AstraZeneca, a déclaré au Post que les chiffres n’étaient pas directement comparables.

«À moins que vous ne dirigiez les essais en tête-à-tête, vous ne savez pas vraiment si un chiffre de 95% à l’essai et 62% dans un autre essai signifient la même chose», a déclaré Pollard au Post.

Les résultats d’un tel essai en tête-à-tête au Royaume-Uni devraient être bientôt disponibles, a déclaré Sarah Gilbert, une autre responsable du développement du vaccin, au Post.

Le Comité mixte britannique sur la vaccination et l’immunisation, où Pollard est un scientifique principal, a déclaré que les vaccins Pfizer et AstraZeneca « offrent tous deux une protection très élevée contre les maladies graves » et « ont de bons profils de sécurité ».

Pollard a déclaré au Post qu’il aurait personnellement «le vaccin offert».

Les données du monde réel dans les pays où les vaccins ont été mis en place, comme Israël et le Royaume-Uni, commencent à clarifier l’efficacité des vaccins.

Lire l’article original sur Business Insider

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.