Les contrats de vaccination de la France avec McKinsey soulèvent des questions pour Macron.

[ad_1]

Alors que la France se précipitait pour achever en décembre un projet complexe de vaccination de sa population, le gouvernement a discrètement attribué des millions d’euros de contrats au géant du conseil McKinsey & Company.

Les contrats, qui n’ont pas été initialement divulgués au public, visaient à garantir que les vaccins parviennent rapidement aux points de distribution des maisons de retraite, des prestataires de soins de santé et des personnes âgées. Des contrats supplémentaires ont été attribués à la hâte à d’autres consultants, dont Accenture et deux cabinets basés en France.

Mais en quelques semaines, la campagne de vaccination du pays a été ridiculisée parce qu’elle était beaucoup trop lente. Début janvier, la France n’avait vacciné que «plusieurs milliers de personnes», selon le ministre de la Santé, contre 230 000 en Allemagne et plus de 110 000 en Italie.

Au fur et à mesure que les contrats de conseil ont été mis au jour, McKinsey est devenu un aimant pour la controverse dans un pays où une fonction publique d’élite est censée gérer les affaires publiques, et la participation du secteur privé est considérée avec méfiance.

Les contrats – totalisant 11 millions d’euros (13,3 millions de dollars), dont 4 millions d’euros à McKinsey – ont été confirmés par une commission parlementaire ce mois-ci. Le gouvernement du président Emmanuel Macron, critiqué depuis des mois pour avoir trébuché dans sa gestion de la pandémie, a été contraint d’admettre qu’il s’était tourné vers des cabinets de conseil.

Mercredi, 18 législateurs du parti conservateur Les Républicains ont envoyé une lettre à M. Macron pour obtenir des réponses supplémentaires sur les raisons pour lesquelles McKinsey a été embauché.

La lettre citait le récent accord de McKinsey de verser près de 600 millions de dollars aux autorités américaines pour régler les allégations selon lesquelles il aurait contribué à «la crise dévastatrice des opioïdes» comme une préoccupation pour son implication dans les questions de santé françaises.

Un porte-parole de McKinsey a refusé de commenter.

M. Macron, un ancien banquier d’investissement, est entré en fonction en promettant de diriger l’un des plus grands gouvernements d’Europe avec une plus grande efficacité. Sa réponse à la pandémie de coronavirus a été critiquée en France pour être le contraire, avec des verrouillages répétés, des pénuries d’approvisionnement et un échec l’été dernier à mettre en place un triptyque critique de tests, de traçabilité et d’isolement.

Personne n’accuse McKinsey d’actes répréhensibles. La société a déployé ses services de conseil en cas de pandémie dans d’autres pays, dont la Grande-Bretagne et les États-Unis. Mais pour les critiques de la stratégie du gouvernement français, la performance soulève des questions sur la valeur que les consultants ajoutent au processus.

Frédéric Pierru, sociologue et chercheur au Centre national de la recherche scientifique qui a étudié l’impact des cabinets de conseil, a déclaré que les entreprises avaient tendance à importer des modèles de fonctionnement utilisés dans d’autres industries qui n’étaient pas toujours efficaces en santé publique.

«Il est trop tôt pour dire si McKinsey et d’autres ajoutent de la valeur à cette campagne», a-t-il déclaré. «Mais je pense que nous ne le saurons jamais vraiment.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.