«Les lecteurs veulent les histoires des victimes»: les écrivains dénoncent les abus sexuels en France | Livres

[ad_1]

C’est le sort d’une autre fille qui a fait réaliser à Vanessa Springora à quel point les petites choses avaient changé. En 2018, les journaux ont rapporté qu’un homme de 28 ans avait attiré un jeune de 11 ans chez lui en banlieue parisienne. Bien que les parents de la fille aient signalé un viol, l’accusation a été réduite car la fille était réputée avoir consenti parce que l’homme n’avait pas utilisé de menaces ou de force. «J’étais dégoûté», dit Springora. C’est alors qu’elle a décidé du titre de ses mémoires – Le Consentement (Consentement).

Springora a rencontré pour la première fois l’auteur primé Gabriel Matzneff lors d’un dîner littéraire en 1986. Elle avait 13 ans et sa mère, qui travaillait dans l’édition, n’avait pas les moyens de se payer une baby-sitter. Matzneff, l’invité d’honneur, avait 50 ans. Au cours de l’année suivante, les deux se sont lancés dans une aventure passionnée: il s’est battu pour la bénédiction de sa mère, l’a aidée dans ses études et a écrit sur leur amour brûlant dans ses journaux publiés. Du moins, c’était sa version.

Pendant des années, personne n’a vraiment remis en question Matzneff. Peu de gens se sont donné la peine de comprendre la vérité qui se cachait derrière ses récits de voyages aux Philippines pour marquer de jeunes garçons, les différentes filles qu’il a amenées à des entretiens avec les médias, ou son essai de 1974 Les Moins de Seize Ans (moins de 16 ans), dans lequel il a écrit: «Dormir avec un enfant, c’est une expérience sainte, un événement de baptême, une aventure sacrée.» Il a été salué par les présidents, a reçu des allocations de l’État et a reçu le prestigieux prix littéraire Renaudot en 2013, même si ses livres se vendaient régulièrement à 800 exemplaires.

Le Consentement (Consentement) était un best-seller en France et a été opté pour le film. Photographie: Martin Bureau / AFP / Getty Images

Mais les mémoires de Springora, publiés en France l’année dernière et en anglais ce mois-ci, ont mis à nu la pédophilie de Matzneff, tout en explorant les attitudes françaises à l’égard du consentement – y compris la sienne. «Comment est-il possible de reconnaître avoir été maltraitée», écrit-elle, «alors qu’il est impossible de nier avoir consenti, avoir ressenti du désir pour l’adulte qui était si désireux de profiter de vous?»

Springora n’a pas anticipé l’impact du livre. Certaines premières réactions des journalistes, pour la plupart des hommes, se souvient-elle, ont été dédaigneuses. « [They] a dit que cela devenait ridicule, qu’il y avait un scandale sexuel chaque semaine maintenant.

La France a depuis longtemps la réputation d’avoir une attitude plus détendue à l’égard de la sexualité. Du marquis de Sade à Michel Foucault, le sexe a souvent été considéré dans les milieux intellectuels comme une question de liberté personnelle. Matzneff et la mère de Springora font partie des «soixante-huitards», une génération née des protestations de mai 1968 qui savouraient les libertés de la révolution sexuelle. Dans les années 70, des intellectuels dont Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Roland Barthes et Bernard Kouchner signent des pétitions appelant à l’abaissement de l’âge de la majorité sexuelle à 13 ans. Et s’il est illégal en France pour un adulte d’avoir des relations sexuelles avec un mineur de moins de 15 ans, il n’y a pas d’âge de consentement; s’il n’y a aucune preuve de menaces ou de violence, l’adulte ne sera pas accusé de viol. En 2018, après un tollé sur l’affaire qui a dégoûté Springora, les ministres ont proposé d’introduire un âge du consentement, qui n’est pas encore passé. Un récent sondage estime qu’un Français sur 10 a été victime d’abus sexuels au sein de sa famille dans son enfance.

La réponse initiale à #MeToo en France n’a pas été enthousiaste. En 2018, 100 femmes, dont l’acteur Catherine Deneuve, ont signé une lettre publiée dans Le Monde qualifiant le mouvement de «puritain». Sandra Muller, la femme qui a lancé le hashtag français #BalanceTonPorc («Rat on your pig») a été poursuivie pour diffamation par l’homme qu’elle accusait. Les journalistes et les intellectuels publics ont dénoncé la culture de l’annulation et les chasses aux sorcières en ligne. «La réaction a été timide», déclare le Dr Muriel Salmona, psychologue, militante et fondatrice du groupe de soutien Association Mémoire Traumatique et Victimologie. «Les victimes se sont senties minées.»

Un nouvel élan… Le roman autobiographique de Flavie Flament a incité d’autres femmes à se manifester. Photographie: Alain Jocard / AFP / Getty Images

Mais une vague de livres a donné un nouvel élan au mouvement en France, dénonçant les abus sexuels des mineurs au plus haut niveau de la société. En 2016, la présentatrice de télévision Flavie Flament a écrit The Consolation, un roman autobiographique sur le viol d’une jeune fille de 13 ans. Elle a ensuite accusé le photographe britannique David Hamilton de l’avoir violée en 1987, incitant d’autres femmes à présenter leurs propres allégations. Hamilton, alors âgé de 83 ans, a tout nié, puis s’est suicidé des semaines après la publication du livre.

En 2018, Adelaide Bon a publié La petite fille sur la banquise, un mémoire sur le viol à l’âge de neuf ans et les années suivantes de perte de mémoire provoquée par un traumatisme. L’année dernière, la championne de France de patinage artistique Sarah Abitbol a révélé dans son autobiographie Un si long silence (Un si long silence) que son entraîneur Gilles Beyer l’avait agressée sexuellement alors qu’elle avait 15 ans et qu’il avait la trentaine. Beyer a admis avoir eu des «relations intimes» avec Abitbol et s’est excusée, ce qu’elle a refusé.

Les accusations de viol contre l’ancien chef du FMI Dominique Strauss-Kahn en 2011 ont été plus cruciales en France que #MeToo, déclare Spingora: «C’était le début de l’inversion de la domination.» «Je n’apprécie pas l’idée que #MeToo ait libéré le discours des femmes», dit Bon, qui a également terminé son manuscrit avant que le mouvement #MeToo ne décolle. «Il y a toujours eu des livres à ce sujet [sexual abuse], les gens en ont toujours parlé.

«Je n’apprécie pas l’idée que #MeToo a libéré le discours des femmes» … La petite fille sur la banquise, auteure Adelaide Bon. Photographie: Murdo MacLeod / The Guardian

Mais #MeToo a peut-être été crucial pour les lecteurs. Le livre de Bon s’est vendu à 40 000 exemplaires et a été traduit en sept langues; Consent s’est vendu à 200 000 exemplaires et a publié dans plus de 22 langues. Caroline Laurent, rédactrice en chef de l’éditeur JC Lattes qui a écrit un éditorial à l’appui du livre de Springora, n’est pas surprise par leur succès. «À l’ère #MeToo, les lecteurs veulent les histoires des victimes», dit-elle. «Pas ceux de leurs bourreaux. Toutes ces histoires sont un miroir de notre civilisation et nous obligent à nous regarder avec lucidité et courage, pour améliorer les choses.

Springora a reçu des centaines de lettres de femmes et d’hommes qui voulaient partager leurs expériences, dont beaucoup pour la première fois. «Je suis devenue, par inadvertance, l’ambassadrice de tous ces silences», dit-elle. «Ils m’ont donné un aperçu de l’ampleur du malaise dans lequel se trouve la France. Bon a également reçu des courriels, des lettres, des messages et des textes après la publication de son livre. «J’ai même été arrêtée dans la rue», dit-elle.

Les histoires ne montrent aucun signe de ralentissement. En janvier, Camille Kouchner, professeur de droit et fille de l’ancien ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, a publié son mémoire, La Familia Grande. Elle y accuse son beau-père, Olivier Duhamel, président du conseil d’administration de l’élite universitaire de Sciences Po et personnalité médiatique omniprésente, d’avoir abusé sexuellement de son frère jumeau alors qu’ils avaient 14 ans. Duhamel, qui a depuis qualifié les accusations d ‘«attaques personnelles », A démissionné, tout comme deux autres administrateurs de Sciences Po. En discutant de l’affaire à la télévision, le philosophe populaire Alain Finkielkraut a demandé: «Y avait-il une forme de réciprocité?» et a été rapidement renvoyé en tant que commentateur. Il a depuis poursuivi le réseau pour diffamation.

Au cours des jours suivants, #metooinceste est devenu viral alors que les gens partageaient leurs propres expériences. «Il y avait eu une augmentation constante depuis 2017», dit Salmona. «Mais ensuite, il a explosé. Elle dit que les visites sur le site Web de l’association ont augmenté de plus de 300%.

Ces livres ont lancé une conversation sans précédent sur la honte et le consentement. «Un tweet est une hache, une guillotine», dit Laurent. «Un livre a du temps, de la profondeur. Cela aide à retrouver toute la complexité des personnes et des situations. » Et la nature du traumatisme; Bon, qui explore la science de l’amnésie dissociative dans La petite fille sur la banquise, dit: «Je voulais transformer le lecteur afin que lorsqu’il aurait fini, il ne puisse plus jamais écouter une victime féminine et dire: n’était pas si mal.  »

Et comme l’indignation publique grandit, la législation française semble pouvoir lentement rattraper son retard. Le Sénat semble prêt à ratifier le premier âge de consentement de la France et à prolonger la prescription pour donner plus de temps aux victimes pour porter plainte.

Gabriel Matzneff, photographié en 2015. Photographie: Andersen Ulf / Sipa / REX / Shutterstock

Le scandale Matzneff a également contraint l’establishment littéraire à se replier sur lui-même. Dans Consentement, Springora réserve sa plus grande critique à ceux qui lui ont donné une légitimité intellectuelle: ceux qui l’ont publié et lui ont donné des prix.

En France, le monde de la littérature est une boutique fermée. De nombreux prix sont remportés par une petite sélection de maisons d’édition parisiennes, qui fournissent à leur tour les écrivains et éditeurs qui composent les jurys des prix. Les voix dissidentes sont pour la plupart rares. «C’est un milieu très soudé et homogène», déclare Martin Page, fondateur de l’éditeur Monstrograph.

Mais, à la suite du consentement, Matzneff a été abandonné par ses trois éditeurs et a perdu son allocation d’État. Et, alors que le délai de prescription est épuisé dans le cas de Springora, Matzneff a depuis été accusé de promouvoir l’abus sexuel d’enfants. Son procès devrait commencer en septembre.

«Les livres ont longtemps été le privilège des puissants», dit Bon. «C’est pourquoi il est si extraordinaire d’avoir recours aux livres et à la littérature car maintenant, même s’ils peuvent riposter, ils seront toujours piégés dans une prison de mots.

En juillet 2020, les Parisiens ont protesté contre la nomination de Christophe Girard au poste de maire adjoint en raison de ses liens avec Gabriel Matzneff. Girard a démissionné plus tard. Photographie: Cedric Bufkens / SIPA / REX / Shutterstock

La lutte n’est pas terminée. Matzneff a été édité à Gallimard par Christian Giudicelli, qui a également voyagé avec lui aux Philippines; Matzneff a déclaré au New York Times que Giudicelli avait caché des photos et des lettres de Springora aux enquêteurs pour lui dans les années 1980. Giudicelli, qui a été nommé personne d’intérêt par les enquêteurs l’année dernière dans l’affaire Matzneff, reste membre permanent du jury du prix Renaudot – remporté par Matzneff en 2013. «Cela vous dit à quel point ce milieu est encore dominé par des gens qui ne veulent rien changer », dit Page.

Springora et Kouchner sont de ce monde, ce qui les a peut-être aidés à parler et à se faire entendre. Dans Consentement, Springora écrit comment aucun adulte n’est intervenu – parents, enseignants, amis, médecins ou rédacteurs en chef – pour arrêter Matzneff. Dans La Familia Grande, Kouchner – dont le propre père a signé une pétition appelant à la dépénalisation des relations sexuelles avec des adolescents de 13 ans dans les années 1970 – écrit: «Beaucoup savaient et la plupart d’entre eux ont agi comme si de rien n’était.» Mais Page prédit que d’autres histoires apparaîtront au fur et à mesure que les élites intellectuelles et culturelles commenceront à changer: «Il y a une nouvelle génération de rédacteurs et d’agentes qui sont des militantes. Ils sont politisés et ils sont en colère.

• Le consentement, traduit par Natasha Lehrer, est publié par 4th Estate (12,99 £). Pour commander un exemplaire, rendez-vous sur guardianbookshop.com. Des frais de livraison peuvent s’appliquer. La National Association for People Abused in Childhood (Napac) offre un soutien aux survivants adultes au 0808 801 0331.

Lire la suite

[ad_2]

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *