Nicolas Sarkozy, ancien président de la France, reconnu coupable de corruption

[ad_1]

PARIS – L’ancien président français Nicolas Sarkozy a été reconnu coupable et condamné à la prison par un tribunal de Paris lundi pour corruption et trafic d’influence, ce n’est que la deuxième fois dans l’histoire de la France moderne qu’un ancien président a été reconnu coupable d’un crime.

Cette condamnation était le point culminant de l’un des nombreux enchevêtrements juridiques de longue date qui atteignent un point culminant pour le politicien qui a dirigé la France de 2007 à 2012.

M. Sarkozy, 66 ans, a toujours nié tout acte répréhensible et il a rapidement annoncé qu’il ferait appel. Il détient toujours une influence considérable parmi les conservateurs français, mais cette condamnation pourrait saper sa plus large stature dans la politique française et anéantir tout espoir d’organiser un autre retour politique – en particulier pour un homme politique qui s’est façonné comme particulièrement dur à l’égard du crime.

M. Sarkozy a été reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir illégalement des informations sur une autre affaire contre lui auprès d’un juge en échange de promesses d’user de son influence pour obtenir un poste prestigieux pour le juge.

Jean-François Bohnert, le chef du parquet financier – qui s’est occupé de l’affaire contre M. Sarkozy – a noté dans un communiqué que les juges avaient jugé ses actes «particulièrement graves, ayant été commis par un ancien président de la République qui était autrefois le garant d’un pouvoir judiciaire indépendant. »

Jacqueline Laffont, l’avocat de M. Sarkozy, a déclaré aux journalistes plus tard lundi qu’il ferait appel de la condamnation, qualifiant la décision de «totalement sans fondement et injustifiée».

«Nicolas Sarkozy est calme mais il est déterminé», a-t-elle déclaré.

Alors que le tribunal a prononcé une peine de trois ans de prison, deux de ces années ont été avec sursis. Si M. Sarkozy commet un nouveau crime dans un laps de temps donné, un tribunal pourrait alors ordonner que la peine soit purgée dans son intégralité.

M. Sarkozy peut demander que sa peine d’un an soit purgée en dehors de la prison, par exemple à la maison avec un bracelet électronique. Mais l’appel de M. Sarkozy suspend l’intégralité de la peine.

La condamnation n’empêche pas M. Sarkozy de se présenter aux élections, bien qu’il n’ait pas exprimé publiquement un tel désir.

Jusqu’à lundi, un seul président de l’histoire française récente avait été condamné par un tribunal: Jacques Chirac, condamné en 2011 pour détournement et détournement de fonds publics alors qu’il était maire de Paris. M. Chirac a été le premier chef d’État français à être jugé depuis que le maréchal Philippe Pétain a été reconnu coupable de trahison à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour collaboration avec l’Allemagne nazie.

M. Chirac, cependant, a été jugé par contumace en raison de sa mauvaise santé mentale, et l’année dernière, M. Sarkozy est devenu le premier président français à assister physiquement à son propre procès depuis 1945. Lundi, M. Sarkozy est également devenu le premier président français à être reconnu coupable de l’accusation spécifique de corruption.

La liste des hommes politiques français – et pas seulement des présidents – qui ont été condamnés pour irrégularité financière ou juridique est cependant beaucoup plus longue, y compris Alain Juppé, un rival politique qui était autrefois le Premier ministre de M. Chirac; François Fillon, ancien Premier ministre de M. Sarkozy; Christine Lagarde, ancienne ministre de l’Économie de M. Sarkozy; et Jérôme Cahuzac, qui était ministre du Budget sous un gouvernement socialiste.

M. Sarkozy, qui a perdu sa candidature à une réélection en 2012 et a organisé une tentative de retour ratée en 2016, a nié tout acte répréhensible dans un réseau complexe d’affaires qui le tourmente depuis qu’il a quitté ses fonctions.

Il devrait être jugé plus tard ce mois-ci dans une affaire distincte concernant sa campagne de 2012, dans laquelle il a été accusé d’avoir dépassé les limites strictes des dépenses électorales. L’affaire la plus ancienne et la plus grave contre lui concerne les accusations selon lesquelles sa campagne de 2007 a reçu un financement libyen illégal du gouvernement de l’homme fort maintenant décédé, le colonel Mouammar el-Kadhafi.

Le verdict est intervenu dans un climat politique chauffé en France alors que le pays se prépare pour l’élection présidentielle de 2022.

M. Sarkozy est en bons termes avec le président Emmanuel Macron, qui a récemment dirigé la France vers la droite, et il exerce toujours une influence considérable sur le principal parti politique conservateur en France, Les Républicains.

Alors que l’élection présidentielle approche à grands pas et qu’il n’y a pas de pionniers en vue, la bénédiction de M. Sarkozy est largement recherchée par les responsables du parti, dont beaucoup ont dénigré la justice française ces dernières années, accusant les procureurs et les juges de cibler injustement M. Sarkozy.

Christian Jacob, le responsable des Républicains, a réagi rapidement après le verdict, exprimant un «soutien sans faille» à M. Sarkozy.

«La sévérité de la peine est absolument disproportionnée», a écrit M. Jacob sur Twitter, ajoutant que cela montrait que M. Sarkozy était victime de «harcèlement juridique».

L’affaire de lundi, connue sous le nom d ‘«affaire d’écoute électronique», a été la première contre l’ancien président à être finalement jugée, M. Sarkozy – un avocat de formation – ayant utilisé tous les recours juridiques à sa disposition pour entamer des poursuites.

Bien que les affaires soient distinctes, l’affaire des écoutes téléphoniques est née de l’enquête sur la Libye, qui a débuté en 2013 et a conduit les enquêteurs à placer des écoutes téléphoniques sur les téléphones appartenant à M. Sarkozy et à Thierry Herzog, son avocat.

Grâce aux écoutes téléphoniques, ont affirmé les procureurs devant le tribunal, les enquêteurs ont découvert en 2014 que MM. Sarkozy et Herzog utilisaient des lignes téléphoniques secrètes et que les deux avaient discuté des moyens d’obtenir des informations confidentielles sur une autre affaire impliquant l’ancien président qui était traitée par la France. cour d’appel supérieure.

Les procureurs ont déclaré que M. Sarkozy avait cherché à obtenir illégalement des informations de Gilbert Azibert, alors magistrat à la cour, notamment en promettant d’user de son influence pour lui trouver un emploi à Monaco.

Le travail ne s’est jamais concrétisé, mais en vertu de la loi française, les procureurs n’ont pas à prouver qu’un accord de corruption a été conclu pour obtenir une condamnation – seulement celui-ci a été convenu. Lors du procès, qui s’est tenu en novembre et décembre, les procureurs ont accusé M. Sarkozy d’avoir conclu un «pacte de corruption» avec M. Azibert, une accusation qu’il a vigoureusement démentie.

La défense de M. Sarkozy avait demandé au tribunal de rejeter toute l’affaire, arguant que l’écoute électronique de ses appels téléphoniques avec M. Herzog avait été illégale et que les procureurs avaient pris des fragments de conversations informelles hors de leur contexte pour bricoler une affaire défectueuse.

M. Azibert et M. Herzog ont également été reconnus coupables par le tribunal des mêmes chefs d’accusation que M. Sarkozy et ont reçu la même peine; leurs avocats ont également annoncé qu’ils feraient appel. De plus, ils ont également été reconnus coupables d’une accusation de violation du secret professionnel et M. Herzog s’est vu interdire d’exercer le droit pendant cinq ans.

Lire la suite

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.